Free Web space and hosting from 00go.com
Search the Web

JOSEPH KABILA KABANGE N'A PLUS LES FAVEURS DE DIEU DEPUIS QU'IL S'EST ACCROCHE AU "CULTE DU DRAGON CRACHANT LE FEU"

Ce texte a été scanné à partir du journal L'INTERPRETE.

Le scannage incorpore parfois des fautes qui n’existaient pas dans le texte.

L'INTERPRETE N° 654 DU 27 AU 31 OCTOBRE 2006
VOTRE JOURNAL D'ANALYSE ET DE CONFIDENCES

BI-HEBDOMADAIRE D'INFORMATIONS TELEGRAPHIQUES

EDITEUR-DIRECTEUR-RESPONSABLE: NSIMBA EMBETE-PONTE, PHILOLOGUE, ECONOMISTE, ECONOMISTE ET ECRIVAIN – AUTORISATION DE PARUTION: N° 04.06/DIP/015/89

Adresse provisoire : Limete 16ème rue, parcelle n° 1631

KIN.: 500 FC
INT.: 550 FC

EDITION SPECIALE

L'INTERPRETE N° 654 DU 27 AU 31 OCTOBRE 2006.

"FINI POUR JOSEPH KABILA EN MATIERE DE SA PRESENCE AU POUVOIR EN RDC, CAR TOUS LES DIEUX SONT CONTRE LUI", ANNONCE UNE ENTITE DE FUTUROLOGIE DENOMMEE "FIDELE SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC"

____

SELON UNE ENTITE-MYSTICO-RELIGIEUSE GORGEE DE PARAPSYCHOLOGIE DENOMMEE "FIDELE SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC"

LA FIN DE REGNE DE JOSEPH KABILA ARRIVE CE DIMANCHE 29 OCTOBRE 2006, EN RDC, PAYS LE PLUS ENSORCELE DU MONDE MAIS QUI N'A JAMAIS ETE DIRIGE PAR CE DERNIER MAIS PAR UN "TRIANGLE DIABOLIQUE-CONSTITUE DE TROIS PERSONNES VIVANT A KINSHASA

- Et qui y occupent des fonctions importantes dans l'univers kabiliste. Ces trois personnes occupent des postes au sein du Conseil national de sécurité (CHS), dans l'environnement de travail de Joseph Kabila et au sein de la HAM.

____

ELECTIONS PRESIDENTIELLES ET NUMEROLOG1E

DES CHIFFRES ET DES NOMBRES QUI SANCTIONNENT JOSEPH KABILA KABANGE EN L'ASPECTANT "PERDANT" AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE DU 29 OCTOBRE 2006

____

MALGRE LES DOTATIONS MATERIELLES EXORBITANTES FAITES BÉNÉFICIER, PAR LE PPRD, AUX KIMBANGUISTES DANS LEUR "JERUSALEM SPIRITUELLE" DU BAS-CONGO, A NKAMBA, ON CHUCHOTE QUE JOSEPH KABILA N'EST PAS LE "PRESIDENT" INDIQUE POUR LA TROISIEME REPUBLIQUE EN RDC D'APRES UNE PROPHÉTIE AYANT VALEUR DECODE DE CONDUITE SPIRITUELLE LAISSE PAR JOSEPH DIANGIENDA

____

SELON UN ECCLESIASTIQUE ORTHODOXE GREC A KINSHASA

JOSEPH KABILA KABANGE N'A PLUS LES FAVEURS DE DIEU DEPUIS QU'IL S'EST ACCROCHE AU "CULTE DU DRAGON CRACHANT LE FEU"

____

UN AGISSEMENT QUI N'A PAS ETONNE LE PRESIDENT DENIS SASSOU-NGUESSO

QUAND LES SERVICES SECRETS DU CONGO-BRAZZA ONT DECOUVERT LE RECOURS, PAR JOSEPH KABILA, AUX MARABOUTS SENEGALAIS DE LA CONFRERIE DES MOURIDES...

____

SELON UN AVOCAT BELGE INSTALLE DEPUIS PLUSIEURS DECENNIES A KINSHASA

ANTOINE GIZENGA, UN PREMIER MINISTRE POUR RIRE AUX COTES DU PPRD/AMP, ET EN PLUS AFFLIGE D'UN GRAND HANDICAP PSYCHIQUE ET MNEMONIQUE: DES GRAVES TROUS DE MEMOIRE QUI LUI FONT PERDRE LA LUCIDITE DE TEMPS A AUTRE

____

RETOMBEES DE LA CAMPAGNE ELECTORALE DE Mme OLIVE DISITA LEMBE LE 14 OCTOBRE 2006 EN LA CATHEDRALE DU CENTENAIRE EN FAVEUR DE SON MARI

DES FIDELES PROTESTANTS EN COLERE CONTRE MARINI BODHO ET OLIVE DISITA LEMBE POUR AVOIR TRANSFORME LEUR CATHEDRALE EN UNE "SYNAGOGUE DE SATAN", TANDIS QUE DANS UNE PAROISSE DE LA TSHANGU, LE CURE A INTERDIT A TABU LEY DE BATTRE CAMPAGNE EN L'EGLISE C.I.M.P.

____

DISSENSION DE DERNIERE MINUTE DANS LA CLASSE POLITIQUE BELGE SUR L'ACTIVITE LA PLUS REALISTE A ADOPTER VIS-A-VIS DE LA DEMOCRATISATION DE LA RDC

LEON KENGO ENVOYE PAR LES FLAMANDS DE BELGIQUE POUR AIDER A LA DEFAITE ELECTORALE DE JOSEPH KABILA AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE TANT ATTENDUE.

============

INCROYABLE MAIS VRAI

LE PRESIDENT FRANÇAIS JACQUES CHIRAC MORALEMENT EFFONDRE PAR L'ECHEC ELECTORAL DE JOSEPH KABILA AU SECOND TOUR EN RDC.

============

CONTINGENCES MORALEMENT, TECHNIQUEMENT ET PSYCHOLOGIQUEMENT AVEREES DE LA VERITE DES URNES

IMPOSSIBILITE MANIFESTE POUR JOSEPH KABILA DE SORTIR VICTORIEUX AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE EN RDC.

============

ESPIONNAGE ELECTRONIQUE ET RECHERCHE DE CONSOLIDATION DE LA GRANDEUR DE L'EMPIRE ANGLO-AMERICAIN PENDANT CE TROISIEME MILLENAIRE DANS LA PLANETE

111 CONGOLAIS DE DIFFERENTS SECTEURS D'ACTIVITES AURAIENT ABONDAMMENT FAIT EN PERMANENCE L'OBJET D'ÉCOUTES TELEPHONIQUES, EN 2005, EN RDC, PAR LE PROGRAMME "ECHELON" DES ETATS-UNIS DANS UN BUT HAUTEMENT STRATEGIQUE

- Parmi ces Congolais figurent Joseph Kabila, Azarias Ruberwa, Eugène Diomi Ndongala, Etienne Tshisekedi, Jean
Lengo du groupe économique LEDYA, Edouard Mokolo wa Pombo, Kinduelo Lumbu de la Banque BIC, Myra Ndjoku de l'ANR, Samba Kaputo du CNS et autres.

============

PANIQUE A MPASA CONSECUTIVE AU DEVERSEMENT D'UN BATAILLON DU GSSP VENU DE LUBUMBASHI

UN BATAILLON DE SOLDATS DU GSSP VENUS NUITAMMENT DE LUBUMBASHI ET TRES AFFAMES APERÇUS A MPASA SE NOURRISSANT DE MANGUES ET DE "MATONGES", À LA MANIERE DES PYGMEES!

============

SELON UNE "RÉVÉLATION" REÇUE DE DIEU PAR MAMAN EMILIA", TEL 0998246746, "SERVANTE DE DIEU" AUTOPROCLAMEE...

LE "ROYAUME DE DIEU AU CONGO", R.D.C. EN SIGLE , SERAIT LE "NOUVEAU NOM" DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, R.D.C.!

============

BUREAUX DES PASTEURS & FILLES DE SARAH

BUREAUX DES PASTEURS: DES ENDROITS ISOLÉS ET ASSEZ SUSPECTS

============

COMME LE DIT UNE VIEILLE SAGESSE ORBICOLE "LE FAIBLE FINIT TOUJOURS PAR FUIR DEVANT UN PLUS GRAND QUE LUI"

REDOUTANT D'ENCAISSER LA HONTE, LE RIDICULE ET L'HUMILIATION PUBLIQUES SUR UN PLATEAU DE TELEVISION, JOSEPH KABILA A TROUVE DES ENTREMETTEURS SANS GENE QUI ONT TROUVE DES PRETEXTES RISIBLES POUR LUI FAIRE EVITER DE PARTICIPER A "UN CONCOURS D'ELEGANCE ORATOIRE" DEJA PERDU D'AVANCE FACE A UN J-P BEMBA HYPER-LETTRE A TRAVERS LE FAMEUX DEBAT CONTRADICTOIRE A ARTIFICIEUSEMENT DEPROGRAMME


DEMOCRATISATION DE LA RDC & FUTUROLOGIE

ELECTIONS PRESIDENTIELLES ET NUMEROLOGIE

DES CHIFFRES ET DES NOMBRES QUI SANCTIONNENT JOSEPH KABILA KABANGE EN L’ASPECTANT "PERDANT" AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE DU 29 OCTOBRE 2006

L'entité religieuse gorgée de parapsychologie dénommée "FIDELE SERVITEUR DU DIEU

VIVANT EN RDC" S'est méticuleusement livrée à un examen des paramètres chiffrés des atouts électoralistes" de Joseph Kabila au second tour de l'élection présidentielle et a constaté la présence de beaucoup d'handicaps métaphysiques a l'actif de ce dernier. Elle constate que au premier tour des élections présidentielles nous sommes devant les chiffres et les nombres suivants:

La date du vote retenu est le 30. Le jour du vote est le 7ème jour de la semaine, Dimanche jour du Seigneur Dieu Tout-Puissant Eternel Chef des Armées Célestes assis sur son trône!

Le mois est le 7ème mois de l’année de 12 mois.

Juillet, le mois de l’Amour selon la sagesse biblique au fil des jours

Joseph Kabila Kabange est au n° 7 sur la liste alphabétique des 33 candidats présidentiables. L'âge de Joseph Kabila Kabange est de 34 ans, un âge dont le chiffre est inférieur à 40 le chiffre biblique majestueusement significatif et riche d'événements heureux. Un chiffre sacré. Le chiffre 34 est paire et donne divisé par deux (2) le chiffre 17 qui a marqué la chute de Mobutu Sese Seko! Il y a toujours le chiffre 7 !

Joseph Kabila Kabange est poursuivi par le chiffre 7 quand nous comptons le total des voyelles et consonnes qui composent son nom, son post-nom et prénom

K-A-B-I-L-A  K-A-B-A-N-G-E  J-O-S-E-P-H

1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6 7 1 2 3 4 5 6

6+7+6=19 12+7=19

Le chiffre 7 dans la connaissance théologique nouvelle est réservé aux Sept Esprits Saints de Commandements dont Dieu le Créateur Eternel Chef des Armées au n°1, suivi des Six Esprits Saints de Commandements crées, les deux premiers composent avec lui la Trinité Sainte dans le chiffre 3. Esprit Saint dans la Bible et dans la connaissance de Dieu est synonyme de:

-Vérité

-Transparence

-Justice, Sanction et Fermeté.

-Paix,-Joie et Amour

-Intelligence

-Sagesse

-Victoire et Pouvoir

-Feu

Le chiffre sacré 7, position de Joseph Kabila au premier tour, a par son Feu  dévorant brûlé la victoire électorale présidentielle promise par tous ces courtisans qui mentent, et qui volent... Une victoire pourtant promise toutes les nuits et tous les jours tambour battant!

Le chiffre 19, total des lettres de Joseph Kabila le 1 et le 9 c'est-à-dire Dieu Eternel Chef des Armées et les Neufs choeurs des Anqes, les Soldats de Dieu!

Malheurs de se trouver dans ces deux chiffres quand les puissances dans lesquelles on baigne ne sont pas les puissances de Lui Dieu le Créateur Tout

Puissant!

Au deuxième tour des élections présidentielles nous retrouvons les chiffres et nombres qui sont à nouveau négatifs au Président sortant Joseph Kabila Kabange.

La date du vote du deuxième tour présidentiel est le 29 octobre 2006. Le Jour du vote est le 7ème jour de la semaine. Dimanche Jour du Seigneur Dieu... comme en juillet 2006.

Le mois est le l0ème de l'année de 12 mois.

Il faut savoir que le chiffre 10 représente les Dix Commandements de Dieu remis à son Ami et Serviteur Moïse!

Octobre est le mois de l’Esprit Saint selon la sagesse biblique catholique au fil de jours.

Il faut retenir que le 4 octobre de chaque année est la date de la Fête Universelle et Perpétuelle de l'Esprit Saint de Commandement numéro 3. La RDC, et demain l’Afrique et le monde vont connaître et vivre dans les jours à venir la Signification et la Grandeur de cette Fête Universelle et Perpétuelle.

La Position alphabétique au deuxième tour place Joseph Kabila Kabange au niveau du chiffre deux (2). Un chiffre pair et diviseur déterminant l'échec électoral!

Le Chiffre 29 composé de deux (2) et de neuf (9) comprend à nouveau le 2 diviseur pour l'échec électoral et le 9 des choeurs des Anges, Soldats de Dieu qui sanctionnent.

Et la somme de 2+9=11. Qui peut oublier le 11 Septembre 2001 de la ville de New-York?

Certainement pas le Président George W. Bush, les Américains et les Arabes.

"FIDELES SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC"

TRES MAUVAIS SIGNE POUR LE CHEF DU PPRD/AMP

TOUTES LES FEMMES, CANDIDATES PRESIDENTIABLES MALHEUREUSES DU PREMIER TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE, ONT TOURNE LE DOS A JOSEPH KABILA AU SECOND TOUR DE CES OPERATIONS DE VOTE AU SOMMET

Quand la "Maman" vous tourne le dos, cela est signe d'une grande malédiction et d'un grand malheur, d'après l'expérience sociale vécue dans la coutume bantoue en RDC.

En effet, aucune de ces femmes, candidates présidentiables malheureuses du premier tour de l'élection présidentielle congolaise, n'a daigné, pour le second tour, adhérer a la cause de Joseph Kabila.

Toutes ces femmes ont préféré rejoindre le rang de J-P. Bemba Gombo qu'elles ont

considéré comme le "vrai fils du pays", "l'homme qu'il faut" parce qu'ayant une tête cultivée et "l'homme du moment" puisqu'ayant la carrure politique nécessaire.

Parmi ces dames, il y a Justine Kasa-Vubu, Thérèse Nlandu, Cathérine Nzuji wa Mbombo et Wivine Nlandu Kavidi. Elles sont des femmes de tête, des femmes qui réfléchissent et donc compétentes. En d'autres termes, on peut les qualifier de "reines de la chose politique", des "reines véritablement cultivées".

En fait, ce n'est pas par hasard que ces dames ont préféré aller vers Jean-Pierre Bemba. Elles ont senti en celui-ci l'odeur de leur "entant", l'instinct maternel et le réflexe culturel ayant fait le reste.

Un proverbe alsacien (France) dit que "cent hommes peuvent faire Un campement mais une femme suffit pour faire une maison". Il ne faudrait pas aussi oublier que dans toutes les religions du monde antique (Babylone, Egypte, Assyrie, Rome et Grèce), la femme a été le symbole de la fécondité et du bonheur.

Le culte de la femme occupe une place importante au sein de l'Eglise catholique à travers l'adoration de la Sainte-Vierge Marie appelée parfois "la mère de Dieu".

Ce n'était pas par hasard que l'AFECOZA (Association des femmes commerçantes du Zaïre), a l'époque de la Deuxième République, avait comme devise "OTUMOLI MOBUTU, OTUMOLI BAMAMA". Ce qui signifie "qui s'en prend à M. Mobutu aura affaire aux femmes".

D'ailleurs, ce sont les femmes, à travers les "mouvements d'animation culturelle", qui avaient fait le charme du MPR/PARTI ETAT, Tout chef d'Etat étranger arrivant à Kinshasa ne pouvait quitter l'aéroport international de Ndjili sans se confronter au spectacle de ces "femmes qui chantaient et qui dansaient" a la gloire du Maréchal Mobutu.

C'est vraiment mauvais signé pour Joseph Kabila que ces femmes ayant ambitionné de devenir "présidente de la République" lors du premier tour de l'élection présidentielle lui ont carrément tourné le dos à l'étape du second tour et se sont attachées a J-P, Bemba. Le phénomène apparaît même comme un symbole de malédiction pour le Chef du PPRD/AMP. Impensable spectacle d'Olive Disita Lembe en train de s'époumoner avec son physique frêle et sa voix, de crécelle dans une propagande électorale à effets improbables au profit de son énigmatique époux.

L'INTERPRETE

DEMOCRATISATION DE LA RDC & FUTUROLOGIE

D’APRES UNE STRUCTURE RELIGIEUSE ESOTERIQUE MAIS S'INTERESSAIT AUX 'CHOSES CACHEES" DU MONDE

MAI 2005-2006 : FIN DE LA MISSION PRESIDENTIELLE DE JOSEPH KABILA KABANGE EN RDC AVEC UN SURSIS D'UN AN

A la mort par assassinat criminel du Mzee Laurent-Désiré Kabila, Président de la RDC, nous sommes devant le vide judiciaire institutionnel pour la succession. Le plus jeune Général-Major Joseph  Kabila, au moment de la reconnaissance des grades après la période des "commandants", est appelé à assumer les fonctions  présidentielles. C'est dans ce climat de grande peur qui a envahi tous les dignitaires politiques civils et les officiers supérieurs militaires en poste de commandement et de démonstration de la grande popularité de Mzee Laurent-Désiré Kabila durant le temps des obsèques nationales que sort de l'ombre Joseph Kabila encore et jusque-là un superbe inconnu vis-à-vis du public congolais. Un jeune célibataire, voire grabataire mais Général-Major, ayant encore que sans aucune envergure sociale, morale, militaire et intellectuelle, qui va être exposé au fit des Jours, des mois et des années, au regard des Congolais - la RTNC interposée.

Le Général-Major Joseph Kabila est Président de la République Démocratique du Congo par la décision des membres présents à la réunion sans aucun programme défini et sans chronogramme précis. Et Dieu seul sait si un jour le peuple congolais connaîtra les noms des membres ayant été présents au cours de cette énigmatique réunion.

C'est par la Clémence et la Miséricorde de Dieu, et en plus à l'ombre du Mzee Laurent-Désiré Kabila et dans le creuset des faveurs réservées à la province du Katanga que Joseph Kabila a eu l'opportunité de devenir le Chef de l'Etat dé la RDC. En quelque sorte un continuateur du Mzee Laurent-Désiré Kabila et quoique sans aucun mérite. Cela signifie que si le Mzee L-D. Kabila était en vie, il n'allait pas être content de voir ce dernier le succéder au trône ou assumer son intérim.

Cela veut dire, en plus, que Joseph Kabila n'est qu'un simple Président par procuration. Parce que sujet handicapé par des incapacités multiples, et multiformes. Un Président intellectuellement assisté par des courtisans sans foi ni loi mais qui se comportent royalement dans le sérail du roi distrait.

Quelle est la mission à accomplir du Président Joseph Kabila pendant le temps présidentiel restant, réservé à la province du Katanga?  Conduire la RDC aux élections générales à tous les niveaux après quarante 40) années de vie administrative nationale. Quarante (40), chiffre biblique.

Joseph Kabila Kabange, Président sortant ne devrait pas être candidat à ces élections présidentielles. Le temps de ce voir Président de la RDC est terminé pour lui depuis Mai 2005. Et dans le sursis d'un an dont question ici, ce "temps présidentiel" est définitivement terminé depuis Mai 2006. Il lui a fallu savoir partir dans le temps à temps. Parce qu'il y a un temps pour toute chose sous les deux, comme l'a dit l'Ecclésiaste dans la Sainte Bible. Donc, un temps pour commencer et un temps pour terminer. Il y a un temps pour entrer, et il y a un temps pour sortir. Il y a un temps pour être, et il y a un temps pour disparaître.

Dieu a été miséricordieux pour Joseph Kabila Kabange. Très miséricordieux. Et le Même Dieu a obligé la communauté internationale à apporter la quasi-totalité de l'aide financière et matérielle nécessaire et suffisante pour que la transition 1+4 arrive à sa fin. Nonobstant, des actes de mégestion ont été abondamment à l'ordre du jour mais demeurés impunis. Contrairement aux membres décideurs de la communauté internationale, les Congolaises et Congolais n'ont peut-être pas perçu la Main et la Volonté de Dieu. La Main de Dieu qui donne et la Volonté de Dieu qui décide.

Joseph Kabila Kabange aurait dû ne pas être candidat aux élections présidentielles. Je l'ai dit ci-haut et je le répète. J'insiste fermement et je confirme. Parce que spirituellement je le sais par des songes à événements politiques, depuis le mois d'octobre de l'an

19978. Il a été roulé dans la farine par les politicailleurs  congolais moribonds et faux serviteurs de Jésus-Christ qui l'entourent et l'ensorcellent nuit et jour. La RDC est le pays le plus ensorcelé du monde. Le Président Joseph Kabila Kabange est aussi le Président le plus ensorcelé du monde par tes sorciers et magiciens des toutes les écoles mystiques ou ésotériques sans exclure les églises les plus diverses, par ses faux serviteurs au Nom de Jésus-Christ.

Joseph Kabila Kabange n'a pas la "Nuit" du prochain mandat présidentiel. Conséquemment Joseph Kabila Kabange n'est pas dans le "Jour" du mandat présidentiel à l'aube de l'entrée de la RDC dans la Troisième République dans le Troisième Millénaire de l'Esprit Saint de Commandement.

Joseph Kabila Kabange n'a pas "un ensemble de vertus et des valeurs intellectuelles, morales, sociales et politiques susceptibles de distinguer l'homme d'Etat véritable d'un minable trompeur, fanfaron ou troubadour politique complètement dépourvu de consistance et d'idéal vis-à-vis des concitoyens et de la patrie". Page 337, chapitre IX Ethique du pouvoir (2) : leadership et profil de l'homme politique modèle. Livre: "La participation politique" du Prof. P. Ngoma Binda.

Dans le plan ou le programme de Dieu qui s'est installé en RDC avec sa Sainte Trinité depuis le 27 avril 1980, Joseph Kabila Kabange doit échouer(!) lors du vote de Dimanche 29 octobre 2006. Octobre est le mois de l'Esprit Saint selon la sagesse biblique au fil des jours.

Que Joseph Kabila Kabange se prépare. Seul devant sa conscience. A la remise et reprise. Dans la Paix. Sans contrarier le programme de Dieu Tout-Puissant, Eternel Chef des Armées!

Vous êtes vivant dans l'histoire de la RDC en votre qualité de Chef de l'Etat le plus jeune, à 29 ans. Vous avez, Monsieur Joseph Kabila Kabange, le droit de vivre calmement une vie familiale avec Madame Olive Disita Lembe et votre fille de six ans Sifa. Vous avez le droit de rentrer aux études... Vous avez le droit de donner le temps politique au temps. Le contraire serait vanité. Vanité des vanités.

Tout est vanité!

Correspondance particulière:

Nkoko Ablaham

UN AGISSEMENT QUI N'A PAS ETONNE LE PRESIDENT DENIS SASSOU NGUESSO

QUAND LES SERVICES SECRETS DU CONGO-BRAZZA ONT DECOUVERT LE RECOURS, PAR JOSEPH KABILA, AUX MARABOUTS SENEGALAIS DE LA CONFRERIE DES MOURIDES...

Depuis 2004, les agents des services secrets du Congo-Brazza ont été intrigués par la présence d'étranges Sénégalais bardés de colis suspects à leur descente d'avion à l'aéroport de Maya-Maya et les ont filés jusque dans leur retranchement, à l'Hôtel MARINA par où un émissaire envoyé par Kinshasa avait l'habitude de les y poindre pour les amener vers le Président Joseph Kabila Kabange.

Les Renseignements généraux (RG) du Congo-Brazza pensaient au début que c'était le Vice-Président de la République Yerodia Abdoulaye Ndombasi, sans doute parce qu'à moitié Sénégalais et à moitié  Congolais de la RDC, qui avait intéressé Joseph Kabila Kabange à l'efficacité mystique des Marabouts dakarois de la confrérie des Mourides.

Un agent des RG du Congo-Brazza en poste à Kinshasa avait cru, pour sa part, que c'était le défunt général Maï-Maï Sylvestre Luetsha qui aurait initié Joseph Kabila Kabange à la recherche de la "sécurité invisible" dans le spiritisme.

Il s'était avéré finalement que Joseph Kabila Kabange avait, par atavisme, un penchant prononcé pour le surnaturel et c'est ce qui lui aurait poussé à chercher la meilleure source sécurisante qui soit dans le domaine du spiritisme.

Selon une fuite d'information partie de l'environnement de travail du chef d'antenne des services secrets du Congo-Brazza à Kinshasa, il apparaît que, à l'heure qu'il est, trois personnes occupant des fonctions importantes à Kabilopolis s'occuperaient de la gestion de "la chose spirite" de Joseph Kabila Kabange.

Un  de  ces gestionnaires du "système sacré" de Joseph Kabila Kabange, selon la source précitée, occuperait, des fonctions importantes au Conseil national de sécurité (CNS), un autre au sein de la HAM et un troisième à la Présidence de la République.

Il s’est enfin révélé que l'univers spirite de Joseph Kabila Kabange, qui serait encore dans ses balbutiements en matière de recherche de la sécurité occulte, repose jusqu'ici sur trois courants mystiques, à savoir le courant spirite bantou, le courant mystique du culte chinois du Dragon cracheur de feu et le courant de l’ésotérisme mouride au Sénégal.

C'est ainsi que dans l'entourage du Président Sassou-Nguesso, on laisse entendre que compte tenu des servitudes normatives du spiritisme faites de beaucoup de tabous à conséquences dévastatrices pour l'esprit et la personne de celui qui le pratique, il ne serait plus loin le jour où Joseph Kabila Kabange tomberait dans les Violations des interdits s'y rapportant. Et ce serait un grand coup contre la gestion et l'administration normales de la RDC.

L'INTERPRETE

SELON UNE ENTITÉ RELIGIEUSE GORGÉE DE PARAPSYCHOLOGIE ET DÉNOMMÉE "FIDELE SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC"

LA FIN DE RÈGNE DE JOSEPH KABILA ARRIVE CE DIMANCHE 29 OCTOBRE 2006, EN RDC, PAYS LE PLUS ENSORCELÉ DU MONDE MAIS QUI N'A JAMAIS ÉTÉ DIRIGÉ PAR CE DERNIER MAIS PAR UN "TRIANGLE DIABOLIQUE" CONSTITUÉ DE TROIS PERSONNES PHYSIQUES VIVANT A KINSHASA

Message de Dieu Vivant au Congo (RDC) reçu par un de ses fidèles serviteurs tout juste après le décès de Feu Son Excellence Mzee Laurent Désiré Kabila : Le Congo RD est le pays choisi par Dieu qui s'y est installé avec sa Sainte Trinité depuis Avril 1980.

La Sainte Trinité est composée du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Elle est représentée graphiquement par un triangle dans lequel le Père est le sommet (au-dessus de tous et invisible) et le Fils ainsi que l'Esprit Saint constituent la base du triangle; les deux sont beaucoup plus visibles que le Père, mais tous ne forment qu'un.

Le troisième millénaire, qui vent de commencer est le millénaire de l'Esprit Saint dans la Sainte Trinité (chiffre 3), sur ce pays de

Dieu, doit nécessairement entrer dans son ère d'apogée.

Les fils de Satan connaissant ce programme de Dieu ont mis en place un triangle autre que celui de la Sainte Trinité. C'est un triangle inversé, c'est-à-dire un triangle dont la base se trouve au-dessus et le sommet en dessous. Ce triangle a pour but d'inverser le merveilleux programme de l'Éternel pour le pays. Ce programme diabolique est également constitué de 3 personnes physiques vivant dans le pays et exerçant des fonctions importantes.

Les 3 membres du triangle maléfique dirigent le pays et non le Président Joseph Kabila Kabange Général Major. Ils contrôlent la situation sur te plan physique : leurs points de vue comptent plus que ceux des autres.

Il est difficile de donner exactement les noms de ces trois personnes, car dans la vision seules leurs silhouettes étaient visibles...

L'Éternel Notre Dieu a donné peu de temps au Président Joseph Kabila Kabange.

Le second tour de l'élection présidentielle auquel est impliqué Joseph Kabila intervient ce dimanche 29 octobre 2006, c'est-à-dire pendant le Jour de repos de Dieu le Créateur. Cela signifie que le Chef du PPRD/AMP, en se trouvant de plein pied dans le repos de Dieu avec l'aura spirite malfaisant entourant sa personne n'a pas les faveurs de Dieu. Surtout que l'événement attendu se déroule à la fin d'un mois mystiquement symbolisant la fin d'un système  d'administration. Et encore que s'accomplissant au cours d'une année se terminant par le chiffre 6 qui rappelle le fameux "666" du livre d’Apocalypse, dernier livre de la Sainte Bible. Le fameux chiffre 666 qui est le suffixe de l'année 2006 est le symbole du Dragon dont Joseph Kabila en est l'adorateur.

Fait à Kinshasa, le 17 février 2001.

A Fidèle Serviteur du Dieu

vivant en RDC

SELON UN ECCLÉSIASTIQUE ORTHODOXE GREC A KINSHASA

JOSEPH KABILA KABANGE N'A PLUS LES FAVEURS DE DIEU DEPUIS QU'IL S'EST ACCROCHE AU "CULTE DU DRAGON CRACHANT LE FEU"

Un prêtre de l'Église catholique orthodoxe grecque dans la ville de Kinshasa, dont il ne convient pas de citer le nom, a révélé, au cours d'une conversation avec les membres de son cercle restreint, que l'actuel Président de la RDC, Joseph Kabila Kabange, n'est plus en bons termes avec le Très-Haut depuis qu’il a osé s’accrocher au culte du Dragon cracheur de feu.

Selon cet ecclésiastique orthodoxe grec, Joseph Kabila Kabange est entré en contact avec la magie chinoise du Dragon cracheur de feu, en 1998, à l’occasion de son séjour formatif à l'académie militaire de Beijing, a l'époque du Mzee Laurent-Désiré Kabila qui l'y avait envoyé dans un but précis.

Malheureusement, Joseph Kabila Kabange n'a pu parachever sa  formation au terme d'une scolarisation de trois mois seulement lorsque la guerre s'était déclarée dans le Bas-Congo, par le fait de l'armée rwandaise alliée à une frange des soldats ex-FAZ, et ayant nécessité son retour au pays.

Une fois devenu Chef d'état-major général de l'armée congolaise de l'époque -les FAC- Joseph Kabila Kabange avait recouru aux charmes de la magie du culte du Dragon mais qui ne lui a pas porté bonheur aussi vrai que la ville de Kinshasa allait tomber sous la coupe de l'armée

rwandaise dans sa partie Sud-Est n'eût été le courage dont avait fait montra la population –jeune surtout- des communes de Ndjili, Kimbanseke et Masina en désarmant les intrus armés qui s'étaient manifestés dans leurs environnements de vie respectifs en compagnie des ex-FAZ de leur connaissance.

Malgré cela, et selon cet ecclésiastique orthodoxe grec, Joseph Kabila Kabange ne s'est pas départi du culte de ce Dragon cracheur de feu et assoiffé de sang. Plusieurs magiciens de la ville de Kinshasa, spécialistes de la magie égyptienne du Temple d'Isis, affirment avoir rencontré plusieurs fois "la silhouette de Joseph Kabila Kabange" sur la rivière Ndjili, à minuit, en train de se livrer à des invocations mystiques comme eux.

Ce qui est dangereux dans le culte du Dragon, selon ces magiciens spécialisés dans la magie égyptienne du Temple d'Isis, est que son rite ésotérique mais exaltant requiert à n'en point finir trop de sacrifices humains.

Le Président de la Deuxième République, le Maréchal Mobutu Sese Seko a fait pire en matière d'exploitation de la magie aussi vrai qu'il avait fini par adhérer à tous les courants mystiques orbicoles avec les conséquences que l'on sait.

Enfin, lorsque le jeune Président Joseph Kabila Kabange s'accroche au culte du Dragon, cela n'est pas bon signe pour l'avenir politique et social de la RDC.

L'INTERPRÈTE

DEMOCRATISATION DE LA RDC & STRATEGIES POLITIQUES DENSES

SELON UN AVOCAT BELGE INSTALLE DEPUIS PLUSIEURS DECENNIES A KINSHASA

ANTOINE GIZENGA, UN PREMIER MINISTRE POUR RIRE AUX COTES DU PPRD/AMP, ET EN PLUS AFFLIGE D'UN GRAND HANDICAP PSYCHIQUE ET MNEMONIQUE: DES GRAVES TROUS DE MEMOIRE QUI LUI FONT PERDRE LA LUCIDITE DE TEMPS A AUTRE

Selon un avocat belge prestant à Kinshasa, le PPRD/AMP a fait un très mauvais choix en s'alliant à un "fétichiste* - entendez: Antoine Gizenga - dont l'existence lucide ne tient plus, et ce depuis longtemps, qu'à un seul fil.

Pendant toute sa vie, d'après la même source dont question ici, Antoine Gizenga a été un solennel indécis, un éternel timide, un immense fourbe, quelqu'un ayant l'habitude d'arrêter un travail aussitôt commencé. Cela ferait qu'avec Joseph Kabila, ils formeront un duo de médiocrité surtout en politique étrangère.

D'après la même source, il apparaît que la popularité d'Antoine Gizenga, en politique, en RDC, s'est bâtie, depuis la
rébellion muléliste, sur un folklore mâtiné de mysticisme. D'Antoine Gizenga, les gens du Kwilu retiennent de lui l'image d'un gourou mystique capable de faire descendre le feu du ciel, de faire sortir des "petits hommes" de sous terre, de
quelqu'un ayant le pouvoir de parler aux morts ou qui est capable de ramener les morts de l'au-delà pour le monde sensible afin de les pousser à combattre pour les vivants. D'où l'existence d'une religion fondée sur Antoine Gizenga et
jouissant d'une couverture officielle sous forme de document d'autorisation lui accordant la liberté de fonctionner comme * une église". Cette "église" gizengiste" a un numéro d'enregistrement à la Deuxième direction du ministère de la Justice
chargée des ASBL et des organes de culte.

Antoine Gizenga est un homme qui n'arrive pas à se décider facilement de lui-même, c'est-à-dire tout seul. Voyez, par exemple, le cas du PALU, parti politique qui n'a pas de président mais seulement un secrétaire général, alors que son
fondateur est bien connu mais qui n'aime pas s'afficher comme tel parce qu'ayant l'habitude de fuir les responsabilités.

C'est ainsi qu'il a passé le clair de sa vie à fuir en permanence parfois des dangers imaginaires parce que n'ayant eu le courage d'affronter personnellement quelque source d'adversité prévisible. A la menace d'agression dirigée contre sa
personne, il a l'habitude de répondre par des propos empêtrés de surnaturel pour effrayer ses détracteurs. D'où une abondance de mythes attachés à sa personne et lui prêtant la capacité de se transformer en cancrelat, en fourmi, en
souris ou en lézard lorsque les soldats envoyés pour l'enlever frappent déjà à sa porte.

Les personnes ayant étudié avec lui au séminaire dans le Bandundu disent de lui qu'il n'a pas été un élève
brillant mais toujours solitaire et attache aux indigènes, croyances ancestrales.

Antoine Gizenga a passé vingt-six ans de sa vie - il serait âgé aujourd'hui de 84 ans - en exil, fuyant en permanence même des dangers facétieux puisque n'ayant pas l'habitude de s'arrêter pour les braver.

UN LUMUMBISTE DE PACOTILLE

Après l'assassinat de Patrice - Emery Lumumba au Katanga, en 1961, ses partisan* «'étaient rebellé» et avaient occupé presque le trois quart de la partie orientale du territoire congolais pendant que le général Mobutu, avec l'ANC, s'activaient à reconquérir les territoires occupés.

A Stanleyville - aujourd'hui Kisangani -, les partisans de Patrice-Emery Lumumba en sécession avec Léopoldville (actuellement Kinshasa) avaient formé un gouvernement qui était dirigé par M. Antoine Gizenga.

Malheureusement, ce dernier, parce que naturellement carence en esprit d'initiatives, n'a daigné organiser, même une seule fois, une quelconque réunion, du Conseil des ministres et passait le clair de son temps à trembler en silence jusqu'à ce que l'ANC, avec le concours de l'armée belge, était parvenue à les chasser de Stanleyville.

Lors de la débâcle de leurs troupes à Stanleyville, Antoine Gizenga avait été le premier à fuir dans une cavale longue de vingt-six ans avec comme terre finale d'exil, le Congo-Brazza.

D'ailleurs, c'est à la faveur de la Transition politique mobutiste qu'il a pu regagner Kinshasa, fin août 1990 en s'installant
dans une résidence qui ne lui appartiendrait pas et sise 12ème rue de Limete. Il apparaîtrait même que ce dernier n'aurait pas une maison propre à lui dans ce pays. Depuis son retour d'exil en 1990, il s'est terré dans son trou" d'emprunt
de la 12ème rue de Limete, tremblant en silence avec des activités politiques tombées en veilleuse tandis que son voisin de quartier, Etienne Tshisekedi, avec son UDPS, écumait de rage dans les rues de Kinshasa contre les relents du retour
de la dictature du Maréchal Zaïrois dans la vie administrative du pays.

Antoine Gizenga n'a jamais eu l'initiative de faire revivre ou de magnifier la vision politique de Patrice-Emery Lumumba dans le pays ou à l'étranger.

Une certaine version de l'histoire congolaise avait propagé, dans l'opinion populaire à Kinshasa, à partir de 1972, que c'était par erreur que les Américains, sur rapport de la Belgique, avaient fait assassiner Patrice - Emery Lumumba pour l'avoir pris pour un "socialiste alors qu'il ne l'était pas.

Pourtant, Antoine Gizenga, qui continuait à faire rimer "lumumbisme" avec "socialisme", n'a jamais daigné corriger cette
version corrompue de l'histoire politique ou du courant idéologique de son idole. Quel genre de "Lumumbiste" est-il alors?

Aussi vrai que ce sont les "Lumumbistes", qui s'étaient constitués en parti d'opposition avec organisation d'une rébellion
à l'Est de la RDC pour s'opposer au diktat de Léopoldville, des Socialistes d'un nouveau type, avaient, à partir d'un mouvement de contestation de la dictature mobutiste d'abord secret mais dont l'existence a fini par défrayer la chronique, à
partir de 1987, sous le qualificatif des 13 conspirateurs de la Saint-Sylvestre, avec arrestation de ses membres, organisé
une opposition politique visible qui avait abouti à la création de l'UDPS, remplaçant ainsi le "socialisme lumumbiste" sur le terrain de l'anti-mobutisme dans le pays depuis qu'Antoine Gizenga était entré dans un profond sommeil.

Parce que le "lumumbisme" n'avait plus été dialectiquement défendu par Antoine Gizenga, un autre courant socialiste
prôné par Etienne Tshisekedi, dont l'UDPS a fini par faire partie de l'Internationale socialiste basée en Europe, a pris sa
relève. Aussi parler de lumumbisme aujourd'hui en le faisant rimer avec "socialisme", est-il devenu un non-sens politique, voire un anachronisme idéologique simplement opportuniste.

POURQUOI JOSEPH KABILA N'A PAS EU PITIE DE CE VIEILLARD SOUFFRETEUX

C'est donc le désarroi psychique qui a poussé Joseph Kabila à s'accrocher à la carcasse fripée d'un Antoine Gizenga qui
continuait à souffrir en silence des effets pernicieux du poids de ses quatre-vingt-quatre ans d'âge, à être interminablement à l'écoute de son corp et affligé d'un ego hypertrophié.

Comment est-ce possible que Joseph Kabilaa trouvé utile pour lui de s'attacher à un vieil lard fripé et tremblant sous ses pieds avec les bajoues tombantes? Un vieillard hypocondriaque à respiration difficile, sifflante comme s'il était asthmatique? La promesse de faire d'Antoine Gizenga son Premier ministre au cas où il l'aiderait à gagner au second
tour de l'élection présidentielle en RDC a jeté en pâture dans l'opinion populaire congolaise l'idée de la recherche de la
transformation de l'espace administratif du pays en salle de théâtre par où des vieillards chiffonnés ont reçus des beaux rôles à jouer.

Antoine Gizenga, au stade de l'âge auquel il est arrivé, n'est plus un homme normal parce que ne jouissant plus de toutes ses facultés physiques, psychiques et intellectuelles. Déjà, ses propres proches collaborateurs se lamentaient de son état
insuffisant et affligé d'un grave trouble de la mémoire qui ferait perdre de temps à autre à ce dernier le contrôle de ses facultés mentales jusqu'à confondre certaines choses et à se ressaisir lorsque les membres de sa famille lui servent de béquille pour le retour à la lucidité. C'est presqu'à un vieillard longtemps à la retraite et en repos dans un hospice pour personnes âgées auquel Joseph Kabila a recouru pour obtenir de ce dernier l'aide nécessaire dans sa "lutte" de conquête
des suffrages dans le Bandundu.

Ceci est une démarche contre nature aussi vrai que dans toutes les législations du monde en matière de travail il est
interdit d'utiliser des enfants et des vieillards dans des tâches requérant un effort supérieur a leur état.

En acceptant le poste de Premier ministre lui proposé par Joseph Kabila alors qu'il n'a aucune compétence pour s'y
assumer, Antoine Gizenga a commis l'erreur impardonnable d'avoir fourvoyé tout un peuple dans le Kwilu et envers
lequel il avait présenté lors de l'élection présidentielle du 30 juillet 2006, le chef du PPRD/AMP comme un "voleur" et un "solennel étranger".

L'histoire gardera un très mauvais souvenir de son alliance politique avec celui qu"il avait auparavant qualifié de "voleur" et
"d'étranger".

Si Antoine Gizenga était resté tranquille dans son coin, c'est-à-dire sans aucune compromission politique avec les Kabilistes, la République, avec Joseph Kabila ou Jean-Pierre Bemba, allait reconnaître sa sagesse politique et le
récompenser pour cela, même au poste de ministre d'Etat.

Mais le voilà Grosjean aujourd'hui devant l'Eternel et devant le peuple congolais tout entier dans une ambiance pendant laquelle rien n'indique que Joseph Kabila sortirait victorieux du second tour de l'élection présidentielle tant attendue.

L'INTERPRETE


RETOMBEES DE LA CAMPAGNE ELECTORALE DE Mme OLIVE DISITA LEMBE LE 14 OCTOBRE 2006 EN LA CATHEDRALE DU CENTENAIRE EN FAVEUR DE SON MARI

DES FIDELES PROTESTANTS EN COLERE CONTRE MARINI BODHO ET OLIVE DISITA LEMBE POUR AVOIR TRANSFORME LEUR CATHEDRALE EN UNE "SYNAGOGUE DE SATAN", TANDIS QUE DANS UNE PAROISSE DE LA TSHANGU, LE CURE A INTERDIT A TABU LEY DE BATTRE CAMPAGNE EN L'EGLISE C.I.M.P.

La colère est à son comble chez les fidèles de l'Eglise du Christ au Congo (ECC), à la suite du laxisme de Marini Bodho - je refuse de l'appeler Monseigneur car un seul est mon seigneur et sauveur, Jésus-Christ - en laissant Mme Olive Kabila née Lembe Disita battre campagne pour Joseph Kabila depuis l'estrade de la cathédrale du Centenaire!

Encore un peu, elle revêtira la soutane et on l'appellera "Son Eminence Olive*. On comprend à présent pourquoi Marini Bodho s'est toujours affiché en contradicteur de la CENCO (Conférence Episcopale du Congo) chaque fois que les Evêques tirent la sonnette d'alarme.

C'est pour dire que le bal des chauves s'est terminé et que "l'homme de Dieu" autoproclamé s'est révélé plutôt comme
un "Kabiliste" de l'Ecclésia*. Car, comment est-il possible que Mme Olive Kabila ait eu l'audace de battre campagne depuis
l'estrade de la Cathédrale du Centenaire, sans que le prélat protestant ne dise un mot? Qui ne dit mot-

Un fidèle protestant indigné par cet excès de zèle de la "1ère Dame", se rappelant le zèle de Jésus-Christ pour la Maison de son Père, le Temple au premier siècle, a déclaré avoir été tenté de "pénétrer en la cathédrale du Centenaire pour justement en expulser la bande à Mme Olive Kabila", en ces termes: "Mme, il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière, mais vous en faites une grotte de bandits et une maison de la campagne électorale pour votre mari!"

Trois protestants sur dix commencent à discerner que l'ECC ferait à coup sûr partie de la mystérieuse prostituée spirituelle dénoncée en Apocalypse 17:1 -5, qui fait la fornication spirituelle avec les rois de la terre en l'occurrence Joseph Kabila dans le cas d'espèce. Ne feraient-ils pas mieux de répondre rapidement à l'appel lancé à eux par le Vrai Dieu en Apocalypse 18: 4, de quitter où de sortir de Babylone la grande?

Certains disent, comme pour se donner la conscience tranquille, que le péché est individuel. C'est vrai, mais Jésus a
déclaré à propos des chefs religieux et de leurs ouailles: "Malheur à vous, Scribes et Pharisiens, hypocrites! parce que vous fermez le royaume des deux devant les hommes; car vous, vous n'entrez pas, et ceux qui entrent, vous ne leur permettez pas d'entrer" (Matt. 23: 13). Il est tout à fait fatal qu'un aveugle qui a pour guide un autre aveugle tombe avec ce dernier dans un même trou.

Aux antipodes de Marini Bodho, le curé d'une paroisse de la Tshangu a interdit à Tabu Ley de battre campagne en
l'Eglise "Coeur Immaculée de Marie" d'après une indiscrétion captée au Centre Interdiocésain de Kinshasa, dans la
commune de la Gombe! Voilà un Curé beaucoup plus courageux que l'Evêque protestant!

D'après le dessein de Dieu, un divorce sanglant interviendra entre la prostituée spirituelle et ses amants politiques: "Et
les dix cornes que tu as vues, et la bête sauvage, celles-ci haïront la prostituée et ta rendront dévastée et nue, et
mangeront ses chairs et la brûleront complètement par le feu. Car Dieu leur a mis au coeur d'exécuter sa pensée..." (Apocalypse 17:16-17). Ce sera ce jour-là que tous ceux qui refusent de voir la vérité en face se mettront à crier: " Quel
dommage, quel dommage! grande ville Babylone; ville forte, parce qu'en une heure ton jugement est arrivé"! (Apocalypse
18:10). Qui vivra verra. Pauvre Marini Bodho!

YANDI MOSHI
L'INTERPRETE n°654 P. 5




DEMOCRATISATION DE LA RDC & FUTUROLOGIE

CHEMINEMENTS COGNITIFS DANS UNE TENDANCE DE CONNAISSANCE PREALABLE SUR L'ABOUTISSEMENT D'UNE SITUATION

OBSERVATIONS CRITIQUES D'UN MEMBRE "ECLAIRE" DE L'ENTITE RELIGIEUSE ET MYSTIQUE DENOMMEE "FIDELE SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC" SUR L'IMPACT PSYCHO-SPIRITUEL DE "L'UNION POUR LA NATION" QUI SOUTIENT J-P BEMBA PAR RAPPORT A CELUI DU PPRD/AMP DE JOSEPH KABILA SUR L'ORIENTATION DE LA VICTOIRE ELECTORALE AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE TANT ATTENDUE.


L'entité religieuse et mystique dénommée "FIDELE SERVITEUR DU DIEU VIVANT EN RDC" a exploité plusieurs voies
pour connaître a l'avance ce que sera le sort de l'un ou de l'autre pôle politique engagé dans la lice électorale au sommet en RDC.

A travers le désignatif •COMMENTAIRES DE L'OEIL CRITIQUE DE L'OBSERVATEUR QUI LIT", elle rappelle que le candidat Jean-Pierre Bemba Gombo, Président du MLC est soutenu par la plate-forme baptisée l'Union pour la Nation et
décrypte le MLC dans son enchainement philosophique de Mouvement de Libération du Congo.

Ainsi, cet oeil critique de l'observateur indépendant considère que te RD Congo est un pays à libérer parce qu'il est prisonnier entre les mains des voleur», des pilleurs internes et externes.

M'zee Laurent-Désiré Kabila dans son dernier message en Fan 2000 a dit: "La République Démocratique du Congo est un
pays choisi par Dieu et le plan divin se réalisera totalement sur cette terre africaine du Congo Démocratique, quelles que soient les tentatives humaines internes et externes. A toutes et à tous je vous souhaite mes voeux de bonheur, de prospérité et d'engagement patriotique en vue de la libération totale de notre pays". "Bonana".

Je vous remercie.

Message de voeux du Président de la République Mzee Laurent-Désiré Kabila à la Nation. Journal l'Avenir n°2001 quotidien n°110 mercredi 03 janvier. Quelle vision identique pour les deux hommes politiques nationalistes et patriotiques?
Si "l'oeil qui lit" considère l'U.N. comme la forme abrégée d'Union pour la Nation, par contre, "l'oeil critique de l'observateur" constate ce qui suit: Union pour la Nation à libérer et à sauver. Quelle trouvaille intelligente, raisonnée et réfléchie! Quelle inspiration de Dieu bien perçue! Dieu oui est et reste Un.

Si la devise de l'Union pour la Nation est "Avec Dieu nous vaincrons", par contre, "l'oeil critique de l'observateur'* constate: Quelle sagesse, quelle Foi en Dieu le Tout Puissant! Le Congo, le pays le plus riche du monde, le don de Dieu, - le cadeau de Dieu - aux Congolaises et Congolais très convoité mais avec Dieu nous vaincrons tes voleurs, tes pilleurs, les traîtres...

Au Président sortant Joseph Kabila Kabange.

Concerne: Votre échec électoral au 2è tour.

Je me dois de vous écrire aujourd'hui par devoir de parent a l'égard d'un enfant. Que cet enfant soit président de la République.

Père de plusieurs enfants de mère Katangaise issus de mon mariage en 1970 à Lubumbashi vous vous retrouverez être mon enfant.

Vous êtes aujourd'hui candidat aux élections présidentielles au 2ème tour. Tous les courtisans autour de vous, au lieu d'être des Collaborateurs honnêtes pour vous, intègres et sages parce que diplômés d'études post-secondaires, universitaires et post-universitaires se sont transformés en véritables vautours assoiffés de richesses multiples du pays au détriment du peuple! Ils sont devenus des dangereux et grands trompeurs qui ne jurent que pour leurs intérêts personnels et ceux dé leurs familles. Le peuple congolais délaissé, meurtri et paupérisé vivant dans les conditions inhumaines est très misérable. Vous êtes devenu pour vos proches collaborateurs assoiffés de richesses la grande vache au lait prisonnière!

Vous n'avez jamais été dans des fonctions de Président ou de secrétaire général d'un parti politique. Vous vous êtes présenté aux élections présidentielles en tant que candidat indépendant, candidat du peuple! Mais curieusement, vous vous êtes retrouvé le candidat du PPRD! Populairement appelé le Parti Pourri des Récidivistes Détourneurs!  Et la victoire
présidentielle au premier tour promise avec force par toutes les vedettes Péperdiennes dans de multiples chaînes de T.V. et dans les antennes de radio a été un gros mensonge. Un gros mensonge grossier, honteux et humiliant pour vous.

Les tristes événements honteux du 21,22 et 23 août 2006 ont été vécus. Avec mort d'hommes. Vous êtes aujourd'hui candidat au 2ème tour présidentiel, à nouveau dans le tonneau des danaïdes de l'AMP/PPRD-PALU-UDEMO...

AMP communément appelée Assoiffés Moribonds politiques! En qualité de qui signez-vous tes accords avec Messieurs
Antoine Gizenga, secrétaire général du Palu et Nzanga Mobutu président de l'Udemo?

La victoire par plébiscite ou par une large majorité électorale vous est promise par tous les assoiffés moribonds dont le
nombre augmente nuit et jour.

La médiocrité politique est devenue la règle d'or dans le chef des hommes politiques congolais ménopauses par l'âge et auto-proclamés par filiation. Sans oublier ces recrutes politiques par clientélisme et les femmes politiques paritaires. Que des diplômes des universités et des instruits universitaires très nombreux majoritairement face à très peu d'universitaires et
intellectuels!

Heureusement que ma conscience est tranquille parce que politiquement vierge, Je le suis resté depuis que je suis diplômé d'université en juillet 1972 malgré toutes les sollicitations présidentielles mobutistes et Kabilistes à l'époque du Mzee.

Il me faut vous demander d'être dans l'humilité et la simplicité d'un perdant sportif au cas où vous perdiez ces élections,
et en demeurer si la chance vous sourit L'homme propose et Dieu dispose.

Voilà mon rappel pour terminer

Un parent patriote


MALGRE LES DOTATIONS MATERIELLES EXORBITANTES FAITES BENEFICIER, PAR LE PPRD,  AUX KIMBANGUISTES DANS LEUR "JERUSALEM SPIRITUELLE" DU BAS-CONGO

A NKAMBA, ON CHUCHOTE QUE JOSEPH KABILA N'EST PAS LE "PRESIDENT" INDIQUE POUR LA TROISIEME REPUBLIQUE EN RDC D'APRES UNE PROPHETIE AYANT VALEUR DE CODE DE CONDUITE SPIRITUELLE LAISSE PAR JOSEPH DIANGIENDA.

Si le prophète Simon Kimbangu est l'auteur du mouvement religieux messianique portant son nom et ayant accroché
des consciences congolaises pendant la période coloniale avec bousculade psychologique de l'esprit du colonisateur belge surtout à cause de son credo considérant qu'il n'était plus loin le jour où l'homme Noir allait régner sur l'homme Blanc dans ce pays, il est vrai que c'est son fils, Joseph Diangienda Kuntima, ancien élève de la colonie scolaire de Borna et
grand amateur du sacré, qui avait élevé ce courant spirituel au rang d'église.

C'était grâce à M. Gaston Diomi, bourgmestre de la commune de Ngiri-Ngiri qui, bravant l'interdiction imposée par l'autorité
coloniale belge contre toute forme de manifestation publique du Kimbanguisme, avait contribué à l'élévation de ce mouvement messianique au rang d'église en autorisant aux cadres de cette entité religieuse d'organiser leur toute première "messe publique" dans sa juridiction administrative.

Bien que le bourgmestre Gaston Diomi, père de l'actuel président de la Démocratie Chrétienne (DC) fut arrêté, emprisonné et démis de ses fonctions pour cette entorse à la règle, l'église kimbanguiste était née.

Son chef spirituel Joseph Diangienda l'avait baptisée sous l'appellation "Eglise de Jésus-Christ sur la terre par le prophète Simon Kimbangu (EJCSK). A la longue, l'EJCSK a pris de l'ampleur et de l'envergure dans le pays jusqu'à l'extension de sa foi en Angola, au Congo-Brazza, au Canada, en France et [même] en Belgique.

Cependant, avant sa mort en 1989, Joseph Diangienda aurait laissé une prophétie à caractère politique et civique à l'usage des Kimbanguistes. La substance de cette prophétie ayant valeur de code de conduite spirituelle pour les Kimbanguistes en matière politique considère que "le tout premier président de la RDC s'était prénommé "Joseph" tout comme le deuxième, le troisième président de la République du Congo-Kinshasa à mandat légal ne saurait se prénommer "Joseph* par respect à la Sainte Trinité qui est du domaine de Dieu le créateur.

C'est ainsi que la substance de cette prophétie sacrée, et donc inviolable, du créateur de l'Eglise Kimbanguiste, Joseph Diangienda, est de plus en plus évoqué à Nkamba comme pour aviser qu'il ne faut pas que tes Kimbanguistes accordent leurs voix à Joseph Kabila au risque d'appeler la malédiction sur leur église. Ils avaient fait de même lors du premier tour de l'élection présidentielle dans le Bas-Congo.

Seulement, pour cette fois-ci, ils appréhendent même un malheur susceptible de survenir sur Joseph Kabila après le second tour de cette élection présidentielle.

L'INTERPRETE


"L'OEIL DU LECTEUR LIBRE" A SCRUTE LA SITUATION POLITIQUE CARACTERISANT LES DEUX REGROUPEMENTS HUMAINS ELECTORALEMENT EN LICE POUR LE SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE ET S'EST INTERROGE:

FACE A L'AMP/PPRD PALU/UDEMO ET A L'UN/MLC/RENACO ET AUTRES PARTIS ET PERSONNALITÉS POLITIQUES, QUEL AVENIR POUR LA RDC?

L'oeil du lecteur libre" est une entité représentative de l'opinion de l'observateur congolais méticuleux et éclairé sur le sens caché de certaines dénominations auto-accolées par ces regroupements politiques circonstanciellement alliés pour former des "forces" capables d'influer sur les paramètres sociaux susceptibles de procurer la Victoire électorale à leurs leaders respectifs au second tour de la présidentielle du 29 octobre 2006.

Nonobstant, si "l'oeil du lecteur libre" trouve, dans la consonance du PPRD, la signification de "Parti du peuple pour la reconstruction et le développement, ainsi que le soutiennent les "péperdiens, les pepérdiennes et alliés - mais alliés avec qui? Le Rwanda, l'Ouganda et la Tanzanie? -, par contre, "l'oeil du critique indépendant constate et découvre que ce sigle n'est que la forme abrégée de "PARTI DES POLITICAILLEURS RECIDIVISTES ET DETOURNEURS".

Par ailleurs, si l'oeil du lecteur libre lit ce qui suit: "AMP = Alliance de la Majorité Présidentielle, par contre, l'oeil du critique indépendant constate et s'interroge comme suit: L'AMP, est-ce la fille de l'UMP française de Jacques Chirac que présidé Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur du gouvernement français? Voilà la preuve du pillage et de la tricherie! Règle d'or dans toute la conduite des Péperdiens et Ampistes qui ne savent pas penser, réfléchir et raisonner à partir d'eux-mêmes mais aiment la facilité en copiant les autres.

Si le slogan/Devise "Ensemble pour gagner" est le maître mot du PPRD/AMP par contre, l'oei du critique indépendant constate et découvre que cette évocation philosophique n'est que le reflet d'un état d'esprit qui porte prioritairement les membres de ce regroupement politique à ne penser qu'à leurs propres intérêts en ne pensant qu'à occuper des postes enviables dans le système politique du pays, des postes ministériels, d'ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires, de mandataires dans les entreprises publiques et de conseillers dans les collèges d'assistants techniques en toutes choses à la Présidence de la République. En bref, "ensemble pour gagner" traduit l'état d'esprit de ceux-là qui tiennent à piller les richesses du pays.

Enfin, AMP=Alliance de la Mort politique ou Alliance de la Médiocrité politique. Ainsi, ce sont les membres de ce groupement politique opportuniste qui tiennent à mener la RDC à la mort nationale. Mais avec Dieu la mort est certaine.

L'OEIL OU LECTEUR LIBRE
ET INTELLIGENT


DISSENSION DE DERNIERE MINUTE DANS LA CLASSE POLITIQUE BELGE SUR L'ACTIVITE LA PLUS REALISTE A ADOPTER VIS-A-VIS DE LA DEMOCRATISATION DE LA RDC

LEON KENGO ENVOYE PAR LES FLAMANDS DE BELGIQUE POUR AIDER A LA DEFAITE ELECTORALE DE JOSEPH KABILA AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE TANT ATTENDUE.

Rien ne se fait au hasard en Occident. En Europe surtout. La descente de M. Léon Kengo wa Dondo à Kinshasa par où il s'est allié avec Jean-Pierre Bemba Gombo du MLC a coïncidé curieusement avec la recrudescence des dissensions culturelles entre Wallons et Flamands en Belgique.

L'on se souviendra qu'il n'y a pas longtemps que des cadres politiques wallons venaient de se donner en spectacle sur te plan de la provocation en Belgique. Lorsqu'un d'entre eux a insinué qu'il était plus que temps pour que les Flamands apprennent le français dans le pays tandis que les visés avaient rétorqué par d'autres propos plus méchants encore avec dégénérescence de cet échange de paroles peu amènes en une situation proche de l'explosion intercommunautaire.

Ensuite, les Flamands se sont souvenus brusquement du jeu malsain entretenu par les Wallons dans la démocratisation
truquée de la ROC dans laquelle ils cherchent à maintenir, par la fraude électorale, la présence de Joseph Kabila au pouvoir à Kinshasa, en échange de droits d'exploitation des gisements miniers du Katanga afin d'aider la Wallonie à se rattraper en matière de retard sur le plan du développement industriel, technologique, économique et social par rapport à la Flandres.

Il est vrai que, de tous temps, M. Léon Kengo wa Dondo a été "l'homme de l'Occident" pour la RDC. En février 2006, par
exemple, lorsque le Conseil de sécurité de l'ONU avait proposé au gouvernement de transition de la RDC fonctionnant sur base de la formule 1+4 d'accepter le principe de l'installation d'un "coordonnateur" assumant les fonctions de Premier ministre en son sein, la France et la Belgique - qui appuient aujourd'hui Joseph Kabila - avaient pensé à la personne de M. Léon Kengo pour occuper ce poste. Cela, même si pour les Américains, les Canadiens et les Britanniques, c'est M.
Matthias Nzanda Buana du HCOP qui convenait à ce poste.

En ce mois d'octobre 2006 finissant, la personne de M. Léon Kengo wa Dondo jouit d'une grande affection populaire à
Kinshasa depuis son adhésion à la cause du chairman J-P Bemba Gombo.

D'après ce qui se passe en Europe, il est apparu que la piètre prestation du jeune président congolais Joseph Kabila du haut de la tribune de l'ONU à l'occasion de la soixante-et-unième Assemblée générale de cette organisation supranationale
a mécontenté un certain nombre de ses "défenseurs/protecteurs" en France et en Belgique pour avoir vu finalement en lui une "espèce de politicien incapable de s'orienter tout seul en recourant à ses propres matières grises" mais qui, curieusement, se trouve au pouvoir dans un grand pays comme la RDC.

M. Léon Kengo a donc été envoyé à Kinshasa pour aider au départ de Joseph Kabila du pouvoir en RDC. Or, qui dit "Flamands" en Belgique voit les Américains. Enfin, ce n'est pas par hasard que M. Oscar Kashala de l'UREC a rejoint le rang de Jean-Pierre Bemba...

L'INTERPRETE
P. 8 L'INTERPRETE n° 654



INTERPRETE DU 20 AU 23 SEPTEMBRE 2006

JUSTICE ET SANCTIONS

SELON UN CERTAIN NOMBRE DE PAYS DE VIEILLE DEMOCRATIE DE L'OCCIDENT - LES ETATS-UNIS EN TÊTE -, L'ABBE MALU-MALU MERITERAIT D'ETRE ARRETE, JUGE, CONDAMNE ET EMPRISONNÉ POUR AVOIR SEME LES GRAINS D'UNE NOUVELLE GUERRE, A TRAVERS LA DEMOCRATISATION FALSIFIEE DE LA RDC, AU NOM DE SES INTERETS MATERIELS LES PLUS IMMEDIATS

==========

L'ANNEE 2006 N'AURA-T-ELLE ETE QU'UNE GRAVE ET INVRAISEMBLABLE PERTE DE TEMPS EN MATIERE DE DEMOCRATISATION, ENCORE QUE RATEE, DE LA RDC ? CHOSE TRES GRAVE, LA "TROISIEME REPUBLIQUE" NE POURRAIT NORMALEMENT DEMARRER QU'EN MARS 2007, DANS CE PAYS, MEME APRES QUE LE NOUVEAU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE SERAIT CONNU EN NOVEMBRE 2006, A L'ISSUE DU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE !!!

==========

LA TROISIEME REPUBLIQUE SE FORMERAIT-ELLE SUR UNE BASE D'ENPILAGE CONTINUEL D'IRREGULARITES EHONTÉES ET TOUJOURS AU NOM DU "CAS DE FORCE MAJEURE"? PARCE QUE LE PARLEMENT CONGOLAIS EST BI-CAMERAL, LES 500 DEPUTES NOUVELLEMENT ELUS NE PEUVENT SE REUNIR NI SIEGER NORMALEMENT AU PALAIS DU PEUPLE SANS LE SENAT DONT LES MEMBRES NE SERONT CONNUS QU'EN DECEMBRE 2006

==========

MOINS QUE LA CEI VERSE DE NOUVEAU DANS LE TRUCAGE EN FAVEUR D'UN SEUL POLE HUMAIN DE LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE COMME ELLE L'A FAIT AUPARAVANT

LE "NATIONAL ELECTIONS STUDIES" DES ETATS-UNIS NE DONNE PAS JOSEPH KABILA FAVORI AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE EN RDC ET CRAINT TOUTEFOIS POUR LA SURVIE PHYSIQUE DE CE DERNIER A KINSHASA ET A LUBUMBASHI

==========

UNE COALITION POLITIQUE MAL PARTIE

POUR AVOIR FAIT ALLIANCE AVEC JOSEPH KABILA POUR LE SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE, NZANGA MOBUTU VOMI PAR LA POPULATION AU NORD DE L'EQUATEUR!

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

L'OCCIDENT & LES AFFAIRES DE LA PLANETE

A MOINS QUE LA CEI VERSE DE NOUVEAU DANS LE TRUCAGE EN FAVEUR D'UN SEUL POLE HUMAIN DE LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE COMME ELLE L'A FAIT AUPARAVANT

LE "NATIONAL ELECTIONS STUDIES" DES ETATS DES UNIS NE DONNE PAS JOSEPH KABILA FAVORI AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE EN RDC ET CRAINT TOUTEFOIS POUR LA SURVIE PHYSIQUE DE CE DERNIER A KINSHASA ET A LUBUMBASHI

Il est inhabituel pour le NATIONAL ELECTIONS STUDIES (NES), institut de sondage d'opinions des Etats-Unis, de s'intéresser à la situation électorale des pays étrangers. Un certain nombre de fois, il est sorti de son champ d'intérêt traditionnel pour jeter un coup d'oeil scrutateur sur l'organisation des élections dans un certain nombre pays d’Europe et d’Asie dont la qualité des dirigeants a une certaine incidence sur la sécurité des Etats-Unis à l’étranger.

Cet institut de sondages des Etats-Unis s’est intéressé, à un passé récent, à l’élection présidentielle en France, et n’avait pas donné Jacques Chirac ni Lionel Jospin favori au premier tour en focalisant son attention sur la grande montée d’affectivité populaire envers l’extrême-droite. Ses analyses s’étaient avérées "juste" lorsque Jean-Marie Lepen et son Front national (FN) avaient émergé du lot au premier tour de la présidentielle française.

La première fois de voir cet institut de sondages américain s’intéresser à un processus de démocratisation en Afrique, c’était en 2005 et à l’occasion de l’organisation de l’élection présidentielle en Egypte par où il avait donné favori un Hosni Moubarak, président sortant pourtant largement haï dans son pays à cause de sa politique n’ayant pas apporté grand-chose aux attentes de la population égyptienne sur le plan du bien-être matériel, moral et physique mais qui avait recouru à des "artifices anodins" pour se faire élire.

Le deuxième pays africain auquel le NATIONAL ELECTIONS STUDIES s’est intéressé est la RFV. C’est grâce aux remarques faites par les experts de la Fondation CARTER sur la manière peu crédible, puisque chargée de beaucoup d’irrégularités tant du côté de l’organisateur – la CEI – que de celui d’un candidat dont l’armée privée, le GSSP, était associé dans toute la partie Est de ma RDC à ce processus électoral tandis que maints cadres du PPRD avaient sur eux des lots importants de bulletins de vote vierges, que cet institut de sondages US avait trouvé bon de suivre de très près les mécanismes du processus électoral truqué qui avait lieu dans l’es-Zaïre tout en présentant Joseph Kabila victorieux mais à la faveur de beaucoup d’irrégularités à son actif au premier tour de l’élection présidentielle congolaise.

James P. Willemson de WASHINGTON TIME, de qui nous tenons ces éléments, a précisé que Joseph Kabila n’était plus du tout aimé aux Etats-Unis depuis 2004 à cause de ses inepties en politique intérieure et en politique étrangère ayant grandement lésé les intérêts américains en RDC et les facteurs stratégiques de leur sécurité à travers le monde si et tant qu’il ne lui était pas possible de sortir victorieux dès le premier tour de cette élection présidentielle avec trucage comme l’avaient minutieusement actionné l’Union européenne (UE), la CEI et l’Afrique du Sud.

D'après James P. Willemson, même le NATIONAL ELECTIONS STUDIES, a perçu aujourd'hui que Joseph Kabila, qui n'a jamais eu d'atouts naturels pour gagner normalement les élections- en RDC, est encore beaucoup affligé de quantité de goulots d'étranglement en ce moment où le second tour de cette élection présidentielle est sur le point d'être organisé a l'échelon local.

Au NATIONAL ELECTIONS STUDIES, on déplore que les frontières nationales de la RDC n'ont pas été fermées dans toute ta partie Est de son territoire au moment où les élections étaient en cours de déroutement dans l’ensemble du pays, contrairement a ce qui ne peut se dans tout pays normal et sérieux de la planète.

Pour cet institut de sondages américain, Joseph Kabila est mal parti pour le second tour de l'élection présidentielle en RDC a cause de sa baisse d'estime en Europe, même chez les populations des pays (France, Belgique et Italie) qui l'avaient abondamment soutenu dans les irrégularités éhontées lors du premier tour de l'élection présidentielle congolaise depuis qu'il a osé s'attaquer militairement à l'arme lourde à la résidence privée de son challenger électoral J-P Bemba du MLC, chez qui les ambassadeurs de 14 pays membres du CIAT étaient en consultation.

Le même institut de sondages des Etats-Unis considère en outre que Joseph Kabila est vraiment perdant pour le second tour de cette présidentielle depuis que le peuple congolais, rescapé de l'erreur précédemment commise est devenue vigilant au sujet des mécanismes de la fraude abondamment exploités par les encadreurs des bureaux de vote et ne tenant plus à leur répétition est devenu solidaire sur toute la ligne après s'être décidé de le faire partir démocratiquement de la sphère du pouvoir en RDC.

Le NATIONAL ELECTIONS STUDIES des Etats-Unis craint beaucoup pour la sécurité physique de Joseph Kabila après que le deuxième tour de l'élection présidentielle le sanctionnera négativement avec risque de se voir facilement abattu par les mêmes "sponsors" étrangers l'ayant techniquement supporté à grands frais pour la victoire électorale on RDC qui n’a pas été au rendez-vous à cause de maladresses inqualifiables commises pour son compte par les acteurs de son propre parti en qui il avait totalement placé sa confiance.

L'INTERPRETE n° 646


L'INTERPRETE N° 655 du 02 au 05 Novembre 2006

L'INTERPRETE Du 02 au 05 Novembre 2006
Votre journal d'analyses et de confidences

BI-HEBDOMADAIRE D'INFORMATIONS TÉLÉGRAPHIQUES
EDITEUR-DIRECTEUR RESPONSABLE : NSIMBA EMBETE PONTE, PHILOLOGUE, ECONOMISTE

ET ECRIVAIN - AUTORISATION DE PARUTION :N° 04.06/D1P/015/89
Adresse provisoire : Limete 16ème rue, parcelle n° 1681

KIN. : 500 FC
INT. : 550 FC

==============

L'OCCIDENT & LES AFFAIRES DE LA PLANETE

ESPIONNAGE ELECTRONIQUE ET RECHERCHE DE CONSOLIDATION DE LA GRANDEUR DE L'EMPIRE ANGLO-AMERICAIN PENDANT CE TROISIEME MILLENAIRE DANS LA PLANETE

111 CONGOLAIS DE DIFFERENTS SECTEURS D'ACTIVITES AURAIENT ABONDAMMENT FAIT EN PERMANENCE L'OBJET D'ECOUTES TELEPHONIQUES, EN 2005, EN RDC, PAR LE PROGRAMME "ECHELON" DES ETATS-UNIS DANS UN BUT HAUTEMENT STRATEGIQUE

- Parmi ces Congolais figurent Joseph Kabila, Azarias Ruberwa, Eugène Diomi Ndongala, Etienne Tshisekedi, Jean Lengo du groupe économique LEDYA, Edouard Mokolo wa Pombo, Kinduelo Lumbu de la Banque BIC, Myria Ndjoku de l'ANR, Samba Kaputo du CNS et autres.

La guerre juridique en cours de déroulement, dans les coulisses du Parlement européen, depuis 2000, à Strasbourg, en France, autour de l'incrimination, par l'Hexagone, du réseau anglo-américain ECHELON qui espionne systématiquement les téléphones, fax et e-mails de tous les pays d'Europe, a livré un autre pan de voile sur l'extension de cette activité répréhensible en Afrique et jusqu'en RDC.

En 2000, c'était la France, sur base d'un article du journal britannique SUNDAY TIME, qui s'était plaint auprès du Parlement européen d'avoir été régulièrement espionnée par les "Grandes oreilles" électroniques américaines et britanniques " Echelon" avec comme conséquence qu'elle a été interminablement court-circuitée dans quantité de
ses contrats de marchés à travers le monde au profit des sociétés de production des Etats-Unis.

En 2005, la France, après avoir conclu un accord avec l'Inde pour la remise à une firme de New Delhi de la carcasse du porte-avion CLEMENCEAU gorgée d'amiante en vue de son dépeçage pour la récupération de sa structure physique aux fins de son recyclage dans la construction métallique mais avec en plus une indemnisation financière assez consistante, a été surprise du capotage, en dernière minute, de ce marché lorsque le réseau ECHELON du bloc anglo-américain avait capté les communications téléphoniques sur ce dossier.

En 1994, les "grandes oreilles électroniques du réseau Echelon" ont intercepté les communications téléphoniques déroulées entre le groupe français THOMSON-CSF et le Brésil relatives au programme SIVAM qui est un marché portant sur 8 milliards de dollars US pour la fourniture d'un radar pour la surveillance de l'Amazonie. Bizarrement, ce marché, pourtant déjà clef en main, a fini par être attribué à la firme américaine RAYTHEON qui est l'un des fournisseurs de la NSA - le plus grand service de renseignements des Etats-Unis en équipement d'espionnage électronique.-

En 1995, la mise sur écoute, par Echelon, des lignes de téléphone et de fax entre AIRBUS et l'Arabie Saoudite a permis aux firmes américaines BOEING et MCDONNEL-DOUGLAS de récupérer un contrat de 36 milliards de dollars US qui revenait pourtant aux Français.

Edgar Dalanson, notre correspondant en France, et de qui nous tenons ces éléments, a révélé que les "grandes oreilles électroniques" du programme ECHELON ont fait des ravages incommensurables de l'intimité" des communications téléphoniques, par fax et par e-mail de l'Internet tout le long de la Transition politique, administrative et économique congolaise, de 2003 jusqu'en ce 2006 finissant, dans une atmosphère de guerre hégémonique secrète entre le bloc anglo-américain et le tandem franco-européen en RDC.

111 CONGOLAIS ESPIONNES EN PERMANENCE, EN 2005, EN RDC

Ce ne sont pas les conversations téléphoniques de n'importe qui qui font l'objet d'écoutes électroniques de la National Security Agency (NSA) des Etats-Unis mais celles de ces personnalités politiques congolaises ou du monde des affaires qui présentent un certain intérêt stratégique pour l'hégémonie américaine en RDC.

D'après les données livrées par Edgar Dalanson, il ressort que 111 Congolais de différentes branches d'activités utiles pour la RDC auraient été spécialement espionnés, à leur insu à partir de leurs appareils de communication dans le pays.

Des opérateurs économiques étrangers, surtout les originaires d'Asie et soupçonnés de liaisons criminelles avec des branches terroristes islamiques, n'ont pas échappé à la règle. Il s'est dégagé que c'est grâce aux données livrées par le programme ECHELON que les Américains étaient parvenus à se dessaisir de la personne de Joseph Kabila qu'ils avaient pourtant soutenu politiquement, moralement et psychologiquement auparavant à partir de son discours d'ouverture prononcé à l'occasion de sa prestation de serment, à la Cour suprême de justice, en février 2001, à Kinshasa. Cela, pour avoir remarqué le double jeu auquel le jeune chef de l'Etat congolais était en train de se livrer entre la France et les Etats-Unis mais avec recours à beaucoup d'hypocrisie vis-à-vis de l'Oncle Sam, allant jusqu'à dribbler William Swing au sujet du pétrole de l'Ituri et des minerais stratégiques du Katanga.

Joseph Kabila a abondamment mécontenté Washington dans son jeu malsain depuis qu'il avait d'abord fait cogner les têtes à William Swing et Aubrey Hooks,  précédent ambassadeur des Etats-Unis en RDC, et ensuite entre le précédent ambassadeur de France à Kinshasa, Gildas Lelidec, et son homologue américain Aubrey Hooks. Chose grave, le successeur de Gildas Lelidec, en l'occurrence Georges Serre, pour éviter les collisions psychologiques avec son homologue américain, Roger Meece, avait été contraint à faire régulièrement profil bas au grand dam de l'efficacité de la diplomatie et de l'hégémonie française en RDC à tel point que le Quai d'Orsay s'était résolu à le faire remplacer avant fin mandat, par une barbouze nommée Bernard Prévost, ancien préfet de police de Paris.

Kinduelo Lumbu de la Banque BIC alias "Kilou" pour ses intimes, aurait fait l'objet d'un espionnage en règle au niveau de ses communications par téléphone, fax et e-mails d'Internet, pour surveiller la situation de ses mouvements financiers à travers le monde, ses transferts des fonds à l'étranger, ses correspondants dans la profession bancaire, les destinataires de certaines

===================


L'OCCIDENT & LES AFFAIRES DE LA PLANETE

INCROYABLE MAIS VRAIP>

LE PRESIDENT FRANÇAIS JACQUES CHIRAC MORALEMENT EFFONDRE PAR L'ECHEC ELECTORAL DE JOSEPH KABILA AU SECOND TOUR EN RDC!P>

Selon les échos enregistrés par Hubert Ducroit, notre correspondant en France, le secrétariat général de l'Elysée bruit de propos relatifs, à l'effondrement moral du président Jacques Chirac après lecture d'un rapport émanant du Quai d'Orsay faisant état d'un renseignement provenu de l'OPUS DEI à Séville, en Espagne et informant de l'échec électoral de Joseph
Kabila au second tour de l'élection présidentielle en RDC.

L'OPUS DEI est un organisme stratégique de l'église catholique qui contrôle les actions de la foi religieuse romaine à travers le monde et sert de sextant pour le Saint-Siège et le Vatican.

Le renseignement parvenu de Séville pour le Quai d'Orsay à Paris résulte de la somme des données compilées par les différentes paroisses catholiques disséminées à travers, le territoire congolais et ayant suivi de très près les différentes péripéties des opérations de vote du second tour de la présidentielle congolaise.

Selon les éléments de ce rapport en dépôt à l'OPUS DEI, il ressort que les populations de l'Est de la RDC, qui avaient voté à hauteur de 70% au premier tour de cette présidentielle, n'ont répondu présentes au second tour de ces opérations de vote qu'à hauteur de moins de 30% de participation.

Cette participation a été plus inférieure au Nord et Sud-Kivu depuis la fermeture des frontières avant le démarrage du second tour de cette élection présidentielle avec installation des Casques bleus de la MONUC dans les différents coins concernés par les entrées frauduleuses dans le territoire congolais.

Le Maniema, pourtant réputé "fief électoral inviolable" de Joseph Kabila par le fait de sa supposée mère, Sifa Mahanya, qui en serait originaire, a, cette fois-ci, échappé à cette règle en se laissant partager fifty-fifty sur le plan de L'électorat entre les deux challengers.

La partie "Ouest" de la RDC, contrairement à son attitude antérieure dans laquelle la population ne s'était pas présentée massivement aux urnes, s'est, au cours du second tour de cette présidentielle, comportée différemment en optant par une majorité écrasante en faveur de J-P. Bemba. Cela, du Nord au Sud. Et ce, malgré des petits incidents ayant eu lieu.

La partie centrale du territoire congolais, essentiellement composée des deux Kasaï, a connu une ruée démographique sans précédent vers les bureaux de vote. Les creuseurs de diamants ont abandonné provisoirement les carrières minières pour aller voter massivement J-P. Bemba. Cela, selon les mêmes éléments du rapport circonstancié de l'OPUS DEI, les creuseurs de diamants de la province Orientale ont fait de même.

Dans le Bandundu, moins dé 40% de la population s'étaient présentés aux urnes mais. Pour tourner le dos massivement à Antoine Gizenga et son suprême allié du PPRD.

La ville de Kinshasa a, quant à elle, connu la même effervescence habituelle au second tour de cette, présidentielle en se présentant, quoiqu'à hauteur de moins de 60%, dans les bureaux de vote, et sans doute à cause de la grande pluie qui s'y était abattue a partir de 2hoo du matin, dans sa partie Sud et à partir de 2hoo du matin dans sa partie Nord, et ce, jusqu'à 14hoo du dimanche 29 octobre 2006, jour fatidique du vote. Mais quand cette population s'est déplacée pour les urnes, c'était pour opter grandement pour J-P. Bemba.

Le Bas-Congo a connu une participation populaire de moins de 15% à ces opérations de vote et lorsqu'elle a voté, elle s'en est tenue majoritairement au chef du MLC.

Le Katanga, normalement réputé chasse gardée de Joseph Kabila, a connu un déchirement pathétique en matière d'électorats entre le précité, et son challenger bien connu.

A l'heure qu'il est, des doutes règneraient déjà dans les esprits chez les Kabilistes au sujet de la situation électorale de leur chef de file.

Le comble, chez les Kabilistes, en est qu'ils avaient affûté tout leur plan pour la victoire, quoiqu'avec recours rnassif aux actes de fraude dès le premier tour de cette présidentielle et n'avaient aucunement pensé qu'il allait y avoir un deuxième tour. Ils étaient désarmés et désemparés devant la perspective d'affronter un second tour et n'ont su quoi faire pour se réorganiser en vitesse, et se on la même maffia précédente, pour la deuxième manche. Les voilà maintenant Grosjean devant l'Eternel. Triste fin de règne.


L'INTERPRETE


BUREAUX DES PASTEURS & FILLES DE SARAH

BUREAUX DES PASTEURS: DES ENDROITS ISOLÉS ET ASSEZ SUSPECTS

Dans chaque Eglise de la chrétienté, on peut lire sur la porte d'un local isolé: "Bureau du Pasteur". Un horaire d'audiences est même affiché: "Le pasteur reçoit de 18hoo à 19h30". Il y a lieu de se demander: " Est-il prudent pour un pasteur de recevoir en audience une fille ou une femme dans son bureau?" Des femmes affichant un sex-appeal déroutant n'hésitent pas à provoquer les "hommes de Dieu" par un "bisou en Christ". La suite? On peut la deviner dans certains bureaux de Pasteurs: il y a des lits de repos.

Compte tenu du danger d'isolement dans le "bureau du pasteur", Salomon a conseillé, en proverbes 18:1: "Qui s'isole cherchera son désir égoïste; Il se déchaînera contre toute sagesse pratique". En s'enfermant avec des ''soeurs en Christ' dans leurs bureaux, en consultation, les pasteurs courent le risque de céder à la passion en vertu du principe selon lequel le + et le - s'attirent. Gare aux pasteurs et aux "filles de Sarah".

Et puis, qui a dit que dans la vraie congrégation chrétienne, un pasteur ou berger doit s'occuper de tout le troupeau de Dieu? Ce n'est pas théocratique. En Jacques 5:13,14, il est clairement établi que l'administration de la vraie congrégation chrétienne est l'affaire, non d'un individu, mais d'un groupe, un collège de chrétiens mûrs et spirituels: "Quelqu'un parmi vous supporte-t-il le mal? Qu'il prie... Quelqu'un parmi vous est-il malade? Qu'il appelle à lui les anciens de la congrégation, et qu'ils prient sur lui l'enduisant d'huile au nom de Yahweh. Et la prière de I a foi rétablira celui qui est souffrant, et Yahweh le relèvera. Des plus, s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné". A défaut, ils encourront cette sentence de Jésus: "Malheur à vous, Scribes et Pharisiens, hypocrites! Parce que vous fermez le Royaume des cieux devant les hommes, car vous, vous n'entrez pas, et ceux qui entrent, vous ne leur permettez pas d'entrer" (Matthieu 23-18)


Dia a Bail Michel

DEMOCRATISATION DE LA RDC & ELECTION PRÉSIDENTIELLEP>

CONTINGENCES MORALEMENT. TECHNIQUEMENT ET PSYCHOLOGIQUEMENT AVEREES DE LA VERITE DES URNES

IMPOSSIBILITE MANIFESTE POUR JOSEPH KABILA DE SORTIR VICTORIEUX AU SECOND TOUR DE L'ELECTION PRÉSIDENTIELLE EN RDC

Si le premier tour de l'élection présidentielle congolaise s'est déroulé, le 30 juillet 2006, dans te même terrain géographique et démographique dans lequel le second tour de ces opérations de vote venait d'avoir lieu le dimanche 29 octobre 2006, force est défaire constater que l'état psychique des populations concernées n'est pas demeuré le même comme auparavant.

Les alliances politiques d'intérêt ou de raison réalisées par les deux challengers autour d'eux ont été pour beaucoup dans la transfiguration psychologique ayant eu lieu à la suite de ce procédé stratégique actionné par l'un et l'autre camp.

Le Katanga, par exemple, regardé comme "chasse gardée" de Joseph Kabila au premier tour de l'élection présidentielle, était devenu un terrain largement partagé avec J-P Bemba au second tour de cette opération de vote mais grandement avantageux pour ce dernier depuis la division sentimentale des Balubakat à la suite de la nomination du pasteur Théodore Ngoy au vice-gouvernorat de cette province du cuivre et l'alliance de dernière minute réalisée par le professeur Lunda Bululu et l'Opérateur économique Katebe Katoto avec le chairman du MLC.

Le Maniema et les deux Kivu tout comme la province Orientale se sont retrouvés dans la même situation avec des parts d'électorats partagées selon la proportion "fifty-fifty" entre les deux challengers.

Loin de là, Joseph Kabila n'a pas à espérer pour les deux Kasai a cause de l'alliance faite par les grosses pointures de ces deux provinces, en l'occurrence l'UDPS d'EtienneTshisekedi, Catherine Nzuji wa Mbombo du MPR, Oscar Kashala de l'UREC et autres -avec J-P Bemba.

Le chef du PPRD/AMP n'a pas à compter aussi sur le Bandundu parce que son alliance avec Antoine Gizenga a été funeste pour lui dans cette province par où une vraie campagne électorale n'a pas eu lieu en sa faveur à cause de la grande peur qui s'était saisie de tous les délègues choisis par lui et commis à cette délicate tâche dans cette vaste contrée géographique.

Joseph Kabila ne doit pas également placer sa confiance dans la province de l'Equateur, au Nord comme au sud au vu des mésaventures vécues par son allié de coeur et originaire du coin Nzanga Mobutu à Gemena et au su des déclarations  anti-kabilistes faites par les filles du défunt Maréchal zaïrois à Bruxelles.

Enfin, le chef du PPRD/AMP doit perdre tout espoir pour la vile de Kinshasa et pour la province du Bas-Congo par où les populations sont largement acquises à la cause de J-P. Bemba.

Il n'y a vraiment pas de raisons pour que J-P Bemba perde au second tour de cette élection présidentielle.

L'INTERPRETE


COMME LE DIT UNE VIEILLE SAGESSE ORBICOLE "LE FAIBLE FINIT TOUJOURS PAR FUIR DEVANT UN PLUS GRAND QUE LUI"

REDOUTANT D'ENCAISSER LA HONTE, LE RIDICULE ET L'HUMILIATION PUBLIQUES SUR UN PLATEAU DE TELEVISION, JOSEPH KABILA A TROUVE DES ENTREMETTEURS SANS GENE QUI ONT TROUVE DES PRETEXTES RISIBLES POUR LUI FAIRE EVITER DE PARTICIPER A "UN CONCOURS D'ELEGANCE ORATOIRE" DEJA PERDU D'AVANCE FACE A UN J-P HYPER-LETTRE À TRAVERS LE FAMEUX DEBAT CONTRADICTOIRE A
ARTIFICIEUSEMENT DÉPROGRAMMÉ

Le voyou verbal du PPRD, Francis Kalombo, avait voulu faire de ce débat contradictoire artificieusement déprogrammé en dernière minute avec le concours malin et sans vergogne de la HAM, une occasion de faire de Joseph Kabla un "voyou vestimentaire". Si Joseph Kabila allait s'y amener avec l'idée d'épater le public par une vestimentation coûteuse ou de
bon aloi, alors que la circonstance n'était pas destinée à un concours d'élégance vestimentaire mais à un étalage du reflet
de son éducation scolaire, J-P Bemba allait se signaler par une élégance oratoire désarmante, signe d'une "tète bien
faite" - et de nature à dissuader même Voltaire en personne. Il n'y avait pas de quoi chatouiller une guet on en rut...

Alors que le "débat contradictoire" tant attendu " était un impératif juridique incontournable prévu par la loi électorale et la nouvelle constitution du pays en cas d'organisation d'un deuxième tour à la présidentielle- congolaise, les Kabilistes, pour avoir compris, comme le dit un vieux proverbe du Bas-Congo: 'Kufwa nsoni kumona mpasi" - ce qui signifie "Celui qui se gène exagérément finit toujours par beaucoup souffrir", -que ce n'était pas bien de réserver à leur leader politique le sort de "Kapwepwe", c'est-à-dire quelqu'un qui s'était laissé enterrer vivant pour n'avoir pas eu le courage de supporter les effets corrosifs de la honte".

Ces Kabilistes n'ont pas manqué de motifs pour justifier cette dérobade éhontée de leur chef de parti et quoiqu'au début ils avaient fait circuler une rumeur selon laquelle Joseph Kabila était brusquement atteint d'une angine de pointure ayant nécessité son transfert médical à Londres.

En effet, si Vital Kamerhe avait justifié l'abandon de la formule du "face-à-face" en direct à la télévision de J-P Bemba et de Joseph Kabila en optant pour le schéma de "chacun de son côté" en Soulignant que c'était pour éviter que le chairman du MLC ne se jette sur son challenger du PPRD/AMP pour le rouer de coups, force est de faire savoir que c'est en esprit voyou - et quoique transposable sur le domaine vestimentaire - que les Kabilistes allaient voulu se signaler à l'occasion de ce débat contradictoire".

D'autres Kabilistes avaient allégué que ce "débat contradictoire", quoique prévu par la loi en cas du second tour de la présidentielle, ne devait pas avoir lieu parce que la RDC n'est pas encore mûre en matière de démocratie. Ridicule comme argument étant donné qu'on ne devient pas mûr sans apprentissage préalable et successif.

Après tout, ne dit-on pas que "dans toute entreprise humaine, c'est le premier pas qui compte parce que c'est ce premier pas qui prépare l'avenir des pas suivants'?' Vraiment, les Kabilistes manquent le sens de la mesure et ne sont aminés que par l'esprit de la démesure. Car, après être arrangé au niveau du Parlement de transition sur base de l'argent de la corruption, pour accorder à Joseph Kabila la nationalité congolaise jusqu'à rétrécir l'âge de la "majorité politique" afin de lui permettre de se porter candidat, voilà qu'ils venaient de trouver un prétexte pour lui éviter le rigorisme du débat contradictoire. Bizarre. Etrange pays que la RDC.

L'INTERPRETE

L'INTERPRETE n°655 p.5

L'INTERPRETE N° 657 Du 11 au 14 Novembre 2006

Votre journal d'analyses et de confidences

BI-HEBDOMADAIRE D'INFORMATIONS TELEGRAPHIQUES EDITEUR-DIRECTEUR RESPONSABLE : NSIMBA EMBETE PONTE, PHILOLOGUE, ECONOMISTE ET ECRIVAIN - AUTORISATION DE PARUTION : N° 04.06/D1P/015/89

Adresse provisoire: Limete 16ème rue, parcelle n°1681

DEMOCRATISATION DE LA RDC & CALCULS AVORTES

====================================================

ETRANGE SYSTÈME SUR LE POINT D'ETRE APPLIQUÉ DANS LA DEMOCRATISATION DU CONGO-KINSHASA POUR LA TOUTE PREMIERE FOIS DANS L'HISTOIRE ELECTORALE DU MONDE, LA COUR SUPREME DE JUSTICE (CSJ) DE LA RDC POURRAIT ETRE AMENEE A DECLARER JOSEPH KABILA ET J-P. BEMBA EX-AEQUO AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE

- Eternel pays de "l'exception" d'abord politique et à présent démocratique que la RDC.

=============

APRES LES SUFFRAGES A VALEUR CONTROVERSEE DU CHEF DU PPRD/AMP AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE, SERAIT-CE L'AVENEMENT DU CHAOS ADMINISTRATIF ET POLITIQUE AU CONGO-KINSHASA?

JOSEPH KABILA EN TRAIN DE CHERCHER A IMPOSER, AVEC LE CONCOURS DE LA CEI, PAR UN RESULTAT ELECTORAL CONTESTABLE, SA PRESENCE AU POUVOIR A KINSHASA DANS UNE ATMOSPHERE DE GUERRE HEGEMONIQUE ACCRUE EN RDC ENTRE LE BORD ANGLO-AMERICAIN ET LE TANDEM FRANCO-EUROPEEN AVEC FONCTIONNEMENT DES RESEAUX DE STOCKAGE D'ARMES A TRAVERS LE PAYS ET DES CIRCUITS D'EVACUATION DES PERSONNALITES

=========

LA GEOSTRATEGIE DE LUANDA TOUJOURS A L'ORDRE DU JOUR SUR LA RDC JOSE EDUARDO DOS SANTOS FAROUCHEMENT OPPOSE A LA PROCLAMATION DE LA VICTOIRE ELECTORALE DE J-P. BEMBA AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE PARCE QUE CRAIGNANT DE VOIR LE MLC VOLER STRATEGIQUEMENT AU SECOURS DE L'UNITA CONTRE LE MPLA EN ANGOLA

=========

LES ORGANES OFFICIELS DE CONTROLE DE GESTION DE LA RDC PAS PRES DE S'AMENDER AUJOURD'HUI VIS-A-VIS DE L'ORTHODOXIE EXIGEE PAR LEUR PROFESSION LES INSPECTEURS DES FINANCES MYSTERIEUSEMENT ENLISES DANS UNE MISSION D'ENQUETE A L'OCPT PAR OU LE COMITE DE GESTION INTERNE N'ARRETE PAS DE LES SOUDOYER POUR QU'ILS ADRESSENT UN RAPPORT POSITIF A L'ETAT-PROPRIETAIRE

=========

DANIEL BIKINDU PSYCHOLOGIQUEMENT DEPUIS PEU SOUS PRESSION A L'ETAT PERMANENT JEU MALSAIN DE POUSSE-AU-CRIME DANS LE COMITE DE GESTION DE L'ONATRA SOUS LE REGARD IMPENITENT ET PRESQU'AMUSE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION INTERNE

====================================

LA GEOSTRATEGIE DE LUANDA TOUJOURS A L'ORDRE DU JOUR SUR LA RDC JOSE EDUARDO DOS SANTOS FAROUCHEMENT OPPOSE A LA PROCLAMATION DE LA VICTOIRE ELECTORALE DE J-P. BEMBA AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE PARCE QUE CRAIGNANT DE VOIR LE MLC VOLER STRATEGIQUEMENT AU SECOURS DE L'UNITA CONTRE LE MPLA EN ANGOLA

Un membre des services consulaires belges à Kinshasa et proche de M. Alex Desoil de l'antenne du renseignement de la sûreté de son pays en RDC a trouvé "imprudent" le point de presse organisé, le jeudi 2 novembre 2006, dans la capitale congolaise, par l'ambassadeur d'Angola, M. Joâo Batista Mawete, pour faire le point sur le sentiment du

gouvernement de Luanda envers J-P. Bemba Gombo et envers le MLC.

Selon ce membre des services consulaires belges à Kinshasa, en organisant cette conférence de presse sous le mode d'une excuse présentée à Jean-Pierre Bemba Gombo et à son MLC, l'ambassadeur d'Angola en RDC a indirectement jeté en pâture à l'opinion internationale

l'impression que le gouvernement angolais, parce que convaincu de la difficulté rencontrée par la France et la Belgique pour imposer Joseph Kabila au pouvoir au Congo-Kinshasa à travers une fausse victoire électorale au second tour de la présidentielle congolaise,

a, pour se racheter, tenu à entrer dans les bonnes grâces du nouveau maître du paya avant son installation dans le fauteuil présidentiel.

Ce cadre des services consulaires belges à Kinshasa a qualifié de "maladresse propre aux

officiers militaires africains" cette imprudence commise par l'ambassadeur d'Angola en

RDC, Joâo Banda Mawete, à travers son point de presse-là, et a ajouté que ce n'est pas la première fois que ce chef de la mission diplomatique de Luanda commette ce genre d'impair psychologique blâmable contre les intérêts stratégiques de son pays dans son territoire

d'accréditation.

Pour ce barbouze belge, Joâo Batista Mawete est à sa dixième année de présence dans son poste d'affectation en RDC à tel point qu'il est devenu psychiquement pourri qu'il a fallu que Luanda le remballe pour l'Angola parce que le séjour diplomatique prolongé de ce dernier en RDC est en violation, sur le plan de la durée d'accréditation d'un ambassadeur à l'étranger, de la convention de Vienne.

Il est apparu, selon le précité, que Joâo Batista Mawete était valable pour les intérêts stratégiques du MPLA en RDC - a ne pas confondre avec les intérêts réels de l'Angola - à l'époque pendant laquelle Jonas Malheiro Savimbi et son UNITA imposaient leur loi au sud du territoire angolais, faisant de José Eduardo Dos Santos le président d'une seule partie du pays.

Pour ce crack du renseignement belge, Joâo Batista Mawete a fait son temps en RDC par où il est devenu mentalement pourri si et tant qu'il y a vieilli et mérite une retraite vis-à-vis de la diplomatie angolaise pour qu'il aille s'occuper de ses "affaires" dans le diamant et dans d'autres secteurs de commerce en Angola.

Ce barbouze belge s'est demandé comment est-ce possible que Joâo Batista Mawete ait commis

la légèreté de pousser le gouvernement de Luanda à verser dans l'erreur d'afficher sa préférence politique en RDC d'abord par la réception de Joseph Kabila par le président

angolais Dos Sa'ntos en Angola et ensuite par l'envoi des troupes militaires angolaises dans le Bas-Congo et à Kinshasa avec promesse d'envoi des hélicoptères des FAA pendant le déroulement du second tour de l'élection présidentielle du 29 octobre 2006.

Par cette façon d'agir, le président angolais Dos Santos avait ouvertement exhibé sa

préférence politique dans la lice électorale au sommet déroulée à Kinshasa et ce n'est pas

normal que son ambassadeur, Joâo Batista Mawete, pourtant la cause de cette imprudence, s'époumone aujourd'hui dans un insipide travail d'explication à travers sa récente conférence de presse et quoique couplé au démenti sur le dmenti du numéro "un" Angolais.

Il est vrai que José Eduardo Dos Santos est farouchement opposé à la proclamation de la victoire électorale de J-P. Bemba Gombo au second tour de la présidentielle congolaise parce que voyant à travers ce dernier, puisqu'originaire de l'Ubangi (au Nord de l'Equateur), un second Mobutu Sese Seko susceptible de voler stratégiquement au secours de l'UNITA contre le MPLA en Angola.

Ces calculs à la base de la méfiance du MPLA envers J-P. Bemba sont mal inspirés d'autant plus que l'UNITA, dont le chef historique Jonas Malheiro Savimbi n'est plus en vie, n'est plus en guerre de libération ou de rébellion en Angola tandis que les Etats-Unis ne sont pas animés du désir de la création d'un nouveau foyer de tension dans ce pays voisin de la RDC mais ne jurent que par l'organisation les élections libres, transparentes et démocratiques sans participation de José Eduardo Dos Santos comme candidat.

En effet, José Eduardo Dos Santos, dont le nom portugais signifie en français "Joesesph-Edouard des Saints",  est sur le point de rejoindre ces Saints au paradis depuis qu'il est au centre d'une crise de maladie à répétition et qui l'a donné pour mort le jeudi 26 octobre 2006 avec propagation des rumeurs sur son décès.

Le MPLA est une oligarchie militaire au pouvoir à Luanda et dont les membres constituent la crème des opérateurs économiques prospères dans les ressources naturelles du pays. Les apparatchiks politiques civils, parce qu'ayant abondamment eu marre de ce système de profiteurs militaires organisés par José Eduardo Dos Santos dans son univers administratif, ne voudraient plu s du règne de ce dernier dans leur pays et seraient prêts à composer avec le Diable, même avec l'UNITA, pour le retour de la normalité en Angola. Mais ce sont des militaires privilégiés comme Joâo Batista Mawete qui aimeraient faire éterniser le règne égoïste et crapuleux de Dos Santos en Angola.

Les Américains ont depuis longtemps demandé à Dos Santos de se choisir un successeur au sein du MPLA et devant servir de représentant de ce parti politique à l'élection présidentielle angolaise. Mais ce sont des militaires privilégiés comme l'ambassadeur Mawete qui s'opposeraient à cette proposition. Impensable.

L'INTERPRETE

P. 2 n° 657

=========

L'OCCIDENT & LES AFFAIRES DE LA PLANETE

APRES LES SUFFRAGES A VALEUR CONTROVERSEE DU CHEF DU PPRD/AMP AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE, SERAIT-CE L'AVENEMENT DU CHAOS ADMINISTRATIF ET POLITIQUE AU CONGO-KINSHASA?

JOSEPH KABILA EN TRAIN DE CHERCHER A IMPOSER, AVEC LE CONCOURS DE LA CEI, PAR UN RESULTAT ELECTORAL CONTESTABLE, SA PRESENCE AU POUVOIR A KINSHASA DANS UNE ATMOSPHERE DE GUERRE HEGEMONIQUE ACCRUE EN RDC ENTRE LE BORD ANGLO- AMERICAIN ET LE TANDEM FRANCO-EUROPEEN AVEC FONCTIONNEMENT DES RESEAUX DE STOCKAGE D'ARMES A TRAVERS LE PAYS ET DES CIRCUITS D'EVACUATION DES PERSONNALITES

Le courant ne parait plus bien passer entre le duo sécuritaire de l'empire anglo-américain représenté par Messieurs Nikias Bennwick et Stéphane Lavoire, respectivement chefs d'antennes des services secrets de Suède et du Canada en RDC, et le tandem stratégique du bloc franco-européen composé de Messieurs Alex Desoil et Patrick Virfollet (respectivement responsables des stations de la DGSE française et de la Sûreté d'Etat belge à Kinshasa) depuis que les Etats-Unis d'Amérique et leurs alliés imposeraient la vérité des urnes, et rien que la vérité des urnes à l'issue du second tour de la présidentielle congolaise par opposition au diktat anormal de l'Europe et consorts qui tiendrait à faire proclamer, sur base des résultats électoraux à valeur contestable, obtenus à l'Est du pays par leur poulain, Joseph Kabila "vainqueur". Le tout dans une atmosphère dans laquelle les deux pôles géographiques divergents de l'Occident tiendra à en venir aux mains par procuration sous couvert des Congolais favorables à l'un ou à l'autre bord hégémonique.

Depuis, la CIA, la NSA, la MI6 et les services de renseignements alliés sont à pied d'oeuvre dans l'univers de travail de la mission d'observation électorale européenne en RDC. M. Jérôme Domergue, et encore que de nationalité française, paraît avoir été abondamment espionné par les services secrets du bloc anglo-américain à partir de la RDC si et tant que les recommandations de l'ambassadeur de Belgique à Kinshasa, M. Swinnen, à l'abbé Apollinaire Malu-Malu, président de la commission électorale indépendante (CEI), pour la falsification des résultats électoraux du second tour au profit de leur "poulain" bien connu, n'ont pas échappé à l'observation.

D'après ce qui continue à être perçu dans les relations de travail entre les délégués de l'Union européenne (UE) et ceux de l'empire anglo-américain dans le processus de la démocratisation de la RDC, il apparaît clairement que la guerre, qui pourrait se déclarer à Kinshasa après que la France et te Belgique iraient très loin dans leur audace jusqu'à l'imposition de la publication des faux résultats électoraux par la CEI qui chercherait à se couvrir de l'autorité de la Cour suprême de justice congolaise, serait une confrontation physique par Congolais interposés entre les bords bien connus de l'Occident dans la recherche de l'implantation de leur hégémonie au coeur de l'Afrique centrale pour des raisons bien connues.

Dans l'entre-temps, un des pays alliés aux Etats-Unis dans la guerre hégémonique, qui oppose leur bloc au tandem franco-européen en RDC, ne s'est pas retenu de proposer l'assassinat purement et simplement de Joseph Kabila à Kinshasa au cas où la France et la Belgique, malgré l'actuel échec électoral de ce dernier, parviendrait à le faire proclamer "vainqueur" et à l'installer au pouvoir.

L'étrange et le bizarre ont atteint leur paroxysme dans ce qui se passe autour de la démocratisation de la RDC, laisse-t-on entendre dans les milieux diplomatiques suédois et canadiens, est que la Suède, le Pays-Bas, la Grèce, l'Espagne et l'Allemagne, pourtant pays de l'Union européenne, se sont désolidarisés de la France et de la Belgique dans le faux que ces deux derniers s'acharneraient à imposer au stade de la publication des résultats électoraux du second tour.

Certains diplomates européens opposés à la France et à la Belgique n'apprécient pas le mystère que ces deux pays font entretenir, la CEI et la HAM intrerposées, autour des résultats électoraux du second tour alors que la tendance générale est bien connue et ne reflète pas la situation de "coude au coude " sur le plan du nombre des suffrages obtenus respectivement par les deux concurrents tel qu'on continuait à la présenter à l'opinion publique congolaise.

Les Américains, quant à eux, tiennent à l'entretien de la réalité du terrain autour de ces opérations de vote en vue de démocratiser normalement la RDC et pour faciliter le départ tranquille de Joseph Kabila du pouvoir à Kinshasa après que la tendance générale des résultats électoraux du second tour ait démontré qu'il est le grand perdant au lieu que ses parrains belges et français inspirent au recours aux "grands moyens "pou rie faire "rayer" par la force de la "classe politique congolaise". Et c'est ce qui serait regrettable, dit-on.

Dans l'entre-temps, et même si l'on clame officiellement de plus en plus, selon les craintes exprimées par un diplomate helvétique dans la Commune de la Gombe, à l'organisation des stocks d'armes à travers le territoire congolais à la fois par un réseau anglo-américain sous couvert de la MONUC et par un réseau franco-européen à travers l'EUFOR, y compris les circuits d'évacuation des personnalités dans le cas de l'allumage d'une guerre hautement dévastatrice à Kinshasa ou au Katanga.

Au demeurant. M. Bashkim, officier de sécurité à la Délégation européenne en RDC, continuerait à broyer du noir au vu de ce qui se passe dans son univers de travail selon ce qui se dit à son sujet.

Enfin, Sese Seko avait raison de dire que "ce n'est pas facile d'être le Zaïre" et même s'il avait souligné plus tard que "après lui ce serait le déluge dans ce pays". Aujourd'hui, Joseph Kabila est en train d'être poussé par la force à la porte de sortie après sa défaite électorale déjà reflétée par les grandes lignes mais dans une ambiance de la transformation de ses résultats faussé en réalité électorale déroulée à l'Est tandis que Kinshasa et Lubumbashi sont en passe de se transmuter en une poudrière par le fait de la Belgique et de la France dans une stratégie de lutte d'arrière-garde parce que refusant de se remettre à l'évidence des résultats des urnes.

L'INTERPRETE n° 657 P. 3

=========

LES ORGANES OFFICIELS DE CONTROLE DE GESTION DE LA RDC PAS PRES DE S'AMENDER AUJOURD'HUI VIS-A-VIS DE L'ORTHODOXIE EXIGEE PAR LEUR PROFESSION

LES INSPECTEURS DES FINANCES MYSTERIEUSEMENT ENLISES DANS UNE MISSION D'ENQUETE A L'OCPT PAR OU LE COMITÉ DE GESTION INTERNE N'ARRETE PAS DE LES SOUDOYER POUR QU'ILS ADRESSENT UN RAPPORT POSITIF A L'ETAT-PROPRIETAIRE

Les inspecteurs de l'Inspection générale des finances (IGF) en mission de contrôle de gestion, depuis avril 2006, à l'OCPT (Office Congolais des Postes et Télécommunications) se frottent certainement les mains de satisfaction pour les à-côtés financiers leur secrètement servis sur le plan local pour les motiver à dresser un rapport favorable sur l'équipe gestionnaire enquêtée.

Normalement, une mission de contrôle de gestion réalisée par un organe officiel et spécialisé de l'Etat auprès d'une entreprise publique nationale, est tenue de couvrir moins de trente jours, et plus lorsqu'elle est effectuée sur base d'un service commandé par un tribunal ou un parquet de justice. Cette règle est de mise dan tous les pays du monde.

En règle générale, une mission de contrôle de gestion est une mission de service semblable à une toute autre procédure légale ou administrative de ce genre. Ce faisant, elle ne doit pas excéder trente jours comme l'exigent les règles administratives de la RDC faute de quoi elle se transmute en une mutation de service.

Malheureusement, les organismes spécialisés en matière de contrôle de gestion de la RDC ont pris la mauvaise habitude de faire moisir, de six à huit mois, les présences de leurs agents dans les sérails administratifs et financiers des sociétés de droit public du pays. Ce qui est une anomalie.

Tel est le cas des inspecteurs des finances partis enquêter depuis avril 2006 dans les circuits financiers de l'OCPT pour vérifier si l'argent des rétrocessions régulièrement réalisées par la DGRAD au profit de cette société d'Etat est effectivement entré dans la caisse de l'Etat avec enregistrement comptable avéré des actes s'y rapportant. Bizarrement, ces inspecteurs des finances, au lieu de clore leur mission de service à l'OCPT, continuent a s'y activer mais de manière abusive.

L'on se souviendra qu'en dehors de la dividende d'une vingtaine de pour cent lui auparavant servie régulièrement chaque mois par l'ARPT mais qui a été brusquement suspendue de manière sauvage par l'actuel ministre PPRD des finances, le Teke-Humbu Marco Banguli, l'OCPT bénéficie chaque mois, de la part de la DGRAD, de 5% en guise de rétrocessions, sur l'ensemble des recettes financières réalisées pour le compte de trésor public auprès des entreprises de cybercafé (Internet), d'agences phoniques, frais du gateway (Vodacom, Celtel, Oasis et autres), frais administratifs résultant dé la vente des imprimés, frais d'ouverture des stations de radiodiffusion et de télévision, revenus de location annuelle des antennes paraboliques par des particuliers, frais d'implantation d'antennes du réseau cellulaire dans le pays, etc...

Lorsque bénéficiant régulièrement auparavant de sa dividende financière auprès de l'ARPT et qui représentait matériellement une moyenne de 500.000 dollars US pur moi, l'OCPT, avec la somme d'argent provenant des 5 % de rétrocessions habituellement réalisées en sa faveur, par la DGRAD, et portant sur les différentes taxes précitées, engrangeait, par mois, près de 3 millions de dollars US si l'on prend en compte des résultats financiers des activités de la poste.

Malheureus mient, cette manne financière, qui devrait normalement aider l'OCP" à faire face aux impératifs de son programme de réalisation de sa téléphonie f laire à carte prépayée à prix bas annexée au réseau cellulaire national, n'a jamais servi à cette fin parce que 1es membres de l'actuel comité de gestion, présidé par l'Adg Balfort Wetshy Nkoy, l'ont habituellement consacré BJ paiement des salaires du personnel de la ville de Kinshasa et en financement de leurs missions de service fantaisistes alors que les travailleurs de l'intérieur du pays accumulent plusieurs mois d'arriérés de salaires impayés.

Les inspecteurs des finances, au lieu de clore leur mission de contrôle de gestion au sein de l'OCPT parce que ce qu'ils cherchent à découvrir de travers dans la gestion financière interne n'est pas difficile à dénicher, traînent curieusement le pas tandis que grand nombre d'entre eux se sont doté de nouvelles voitures ou se sont équipé en nouvelles maisons et en terrains à bâtir.

L'INTERPRETE P. 4 n°657

=========

ETRANGE SYSTEME SUR LE POINT D'ETRE APPLIQUE DANS LA DEMOCRATISATION DU CONGO-KINSHASA

POUR LA TOUTE PREMIERE FOIS DANS L'HISTOIRE ELECTORALE DU MONDE, LA COUR SUPREME DE JUSTICE (CSJ) DE LA RDC POURRAIT ETRE AMENEE A DECLARER JOSEPH KABILA ET J-P. BEMBA EX-AEQUO AU SECOND TOUR DE LA PRESIDENTIELLE CONGOLAISE

- Etemel pays de "l'exception" d'abord politique et à présent démocratique que la RDC.

Depuis que des experts de la MONUC et du PNUD associes à la CEI dans le processus électoral congolais ont découvert une abondance d'irrégularités pendant les opérations de vote du second tour de la présidentielle congolaise à l'Est de la RDC et ayant abouti à l'accréditation d'un nombre élevé de suffrages à Joseph Kabila, Irrégularités susceptibles de faire annuler cette élection au niveau de la Cour suprême de justice à Kinshasa, des sombres tractations se déroulent fermement entre l'Union européenne (UE) et te bloc anglo-américan pour que Joseph Kabila et J-P. Bemba soient déclarés ex-aequo, et donc amenés à diriger en "duo consentant" la Troisième République.

L'on se souviendra certainement de la substance chargée de signification contenue dans la déclaration faite tout récemment par l'ancien président du Ghana, John Rawlings, à l'occasion du séjour d'un groupe d'anciens chefs d'Etats africains à Kinshasa, et selon laquelle "la RDC n'aura pas de seconde chance si les élections échouent (...)".

Dans l'entre-temps, il se murmure dans un certain nombre de chancelleries diplomatiques tant de l'Occident que du Tiers-monde en fonctionnement à Kinshasa qu'en cas d'allumage d'une guerre hautement fulgurante dans la capitale de ce payse entre les armées privées de Joseph Kabila et de J-P. Bemba dans un mouvement de contestation des résultats résultats de vote, la RDC serai placée ouvertement sous protectorat de l'ONU tandis que l'ex-président ghanéen, John Rawlings, en serait te proconsul.

On apprend, par ailleurs, dans les milieux expatriés du PNUD et de la MONUC, que la CEI n'était pas encore parvenue, avant le démarrage du second tour de la même présidentielle, à normaliser le terrain électoral de l'Est du pays pourtant affligé de l'existence de 200 bureaux de vote fictifs qui avaient été dénoncés et découverts, et si même avec admission tardive de ce fait, lors du premier tour de la présidentielle congolaise et ayant été à la base de beaucoup de suffrages frauduleusement engrangés par Joseph Kabila alors que toute la partie orientale du pays n'est pas acquise à sa cause.

C'est ainsi, par exemple, que bien qu'il y ait été normalement constaté, au grand jour, qu'une faible participation d'électeurs a eu lieu lors du second tour de cette présidentielle à l'Est de la RDC, la surprise a été générale au niveau du PNUD et de la MONUC au moment de la diffusion des résultats enregistrés avec affichage d'une foule nombreuse mais mystérieuse de votants.

Il s'était trouvé, pendant le déroulement effectif de ces opérations de vote, que les experts de la MONUC et du PNUD avaient remarqué, avec chiffres à l'appui, une participation de 32% de la population à ce second tour de la présidentielle à l'Est de la RDC tandis qu'au moment de la publication des résultats 56% de participants ont été affichés.

En plus, ces experts de la MONUC et du PNUD ont été surpris de voir le petit territoire de Béni (Nord-Kivu) afficher un grand nombre de personnes ayant voté par rapport à celles de la ville de Matadi (Bas-Congo) pourtant démographiquement supérieure à lui.

D'après eux, la non-résorption du circuit des 200 bureaux de vote fictifs découverts à l'Est de la RDC lors du premier tour de cette présidentielle et maintenus intacts au cours de ce second tour déjà consommé alors que la CEI, qui avait été convaincue de leur existence tout en avouant son erreur mais avec promesse de faire le nécessaire pour résoudre ce problème, n'a toujours rien fait jusque-là pour arranger cette situation constitue un motif pour l'annulation de cette opération dévote au niveau de la Cour suprême de justice de la RDC.

Sans le recours à cette annulation, la guerre ne pourrait être évitée dans la ville de Kinshasa. D'autre part, si la Cour suprême de Justice de la RDC s'employait même le plus légitimement du monde à rejeter toutes les voix obtenues frauduleusement par Joseph Kabila dans le circuit de ces 200 bureaux de vote fictifs de l'Est et par d'autres mécanismes frauduleux, cette opération amènerait au même effet.

D'où les tractations ardues en cours de déroulement à l'heure actuelle dans les coulisses de la politique congolaise, entre l'Europe et l'Amérique, pour le partage du pouvoir entre Joseph Kabila et J-P. Bemba pendant la première phase de la Troisième République.

Cet étrange système processoral sur le point d'être appliqué dans la démocratisation de la RDC, et bien que faisant de ce vaste territoire un pays de l'exception dans tous les domaines et spécialement actionné par la France et la Belgique rien que pour favoriser Joseph Kabila aux élections congolaise!, serait un modèle jamais vu auparavant dans l'histoire des élections dans la planète Terre.

Ce faisant, l'histoire donnera raison au défunt Maréchal Mobutu qui avait dit que "ce n'est pas facile d'être le Zaïre (aujourd'hui RDC).

La RDC n'aurait jamais la chance de se développer comme il faut un jour aussi longtemps qu'elle continuerait à être l'objet de convoitises entre les deux pôles à intérêts opposés de l'Occident et à la suite de la disposition des dirigeants à esprit terre à terre à sa tête.

L'INTERPRETE n°657 P. 7

=========

DANIEL BIKINDU PSYCHOLOGIQUEMENT DEPUIS PEU SOUS PRESSION A L'ETAT PERMANENT

JEU MALSAIN DE POUSSE-AU-CRIME DANS LE COMITE DE GESTION DE L'ONATRA SOUS LE REGARD IMPENITENT ET PRESQU'AMUSE DU CONSEIL D'ADMINISTRATION INTERNE

En cherchant à mieux faire pour mener l'ONATRA des lendemains meilleurs, M. Daniel Bikindu, ADG intérimaire, est de temps en temps butté à la félonie de certains directeurs internes à esprit pourtant maffieux mais jouissant curieusement de la protection de certains membres du comité de gestion.

Par exemple, lorsqu'il a été question pour l'ONATRA de combler ses "vides" par l'embauche des nouveaux effectifs et plus précisément des "ouvriers spécialisés" pour ses ateliers dans ses différents secteurs de production, le directeur des ressources humaines (DRH), le très légendaire "Mongonais" Yoka Ifandjo a fait du sien en engageant un grand nombre de juristes à la place des techniciens et des ouvriers qualifiés nécessités.

Et lorsque cette "erreur volontaire" puisqu'ayant reposé sur l'astuce à faire embaucher des "frères Juristes" en chômage a été découverte, le président du comité de gestion intérimaire Daniel Bikindu a été contraint de suspendre les engagements. Dans l'entre-temps, le grand mal a déjà été fait et consommé tandis que les "heureux embauchés" ne peuvent plus être débauchés.

Les ateliers du chantier naval de Ndolo continuent à avoir un besoin criant en techniciens et en ouvriers qualifiés. La plupart d'agents qualifiés de ces ateliers sont partis à la retraite depuis plusieurs années et ne sont jamais remplacés. Le chantier naval de Ndolo, qui dispose de près de quinze machines-outils spéciaux, n'a pas beaucoup de techniciens pour les faire tourner.

Les ateliers de ce chantier naval sont presque déserts et donnent l'impression d'avoir été abandonnés alors que non. Cette Impression est consécutive au petit nombre de servants de ses machines, et soit 1 servant pour trois machines, vu dans ses ateliers.

Toujours dans le même chantier naval de Ndolo, il était question de récupérer le "tansbordeur" ayant coulé en même temps que le dock en 2004. L'autorité coloniale belge avait doté le chantier naval de l'ONATRA d'un système technologique complémentaire et unique au monde couplant le "transbodeur" avec le "dock" alors que ces deux engins peuvent fonctionner séparément.

Dans tout chantier naval du monde, si l'on ne dispose pas d'un dock on peut utiliser le transbordeur étant donné que ces deux engins différents remplissent presque la même fonction. Le chantier naval de la CHANIMETAL, par exemple, ne dispose que d'un dock et sans transbordeur alors que celui de l'ONATRA à Ndolo était équipé de ces deux engins. Ce qui était très avantageux, car, en cas de panne de l'un de ces engins, l'autre pouvait servir.

Malheureusement, il s'est trouvé, dans le cas du chantier naval de l'ONATRA de Ndolo, pendant le mandat gestionnaire de l'ADG Jean-Pierre Saila Ngita, que lorsque le dock avait coulé, en 2004, il avait emporté avec lui le transbordeur dans les profondeurs aquatiques du fleuve Congo.

En effet, s'il avait été considéré que le dock englouti sous l'eau était Irrécupérable, le transbordeur, par contre, pouvait être tiré du fleuve pour être utilisé. Cela, parce qu'un chantier naval sans disposition d'un de ces engins ne vaut pas un clou.

L'on ne doit pas ignorer l'importance d'un chantier naval pour une entreprise spécialisée dans le trafic fluvial commercial parce que servant à l'entretien des bateaux dans le but de leur assurer une grande durée de vie.

Et  lorsque l'ONATRA, pendant sa gestion et son administration par l'actuel comité de gestion intérimaire piloté par l'ADG Daniel Bikindu avait décidé de décaisser les 160.000 dollars US exigés pour la remontée en surface du transbordeur en question, des imprudences avaient été commises pendant le processus du tirage de cet engin du fond aquatique si et tant que sa structure métallique déjà combien rouillée s'était cassée, le rendant ainsi à moitié inutilisable. A qui la faute?

Nonobstant, le même chantier naval de Ndolo, qui a besoin d'un connaisseur à la tête de son Département et qui s'y assume convenablement en situation d'intérimaire depuis près de huit mois à présent, fait l'objet d'une tentative de son débarquement de son poste en vue de la nomination d'un chaminot, à savoir M. Mwilambwe Kitanda, à sa place.

Par ailleurs, le chantier naval de Boyera, à Mbandaka, souffre également d'une carence en main d'oeuvre qualifiée depuis que la plupart de ses ouvriers de coeur sont sortis en pension et non remplacés.

Tout compte fait, pendant les présents efforts déployés par l'ADG Daniel Bikindu pour consolider la relance déjà dynamisée et la rentabiliser, l'ONATRA a besoin des techniciens de premier for?e dans les différents secteurs stratégiques de sa vie productrice. Au lieu de s'en tenir aux critères de compétence, de moralité et de passé professionnel sans reproche, les autres membres du comité de gestion jouent au sentiment en portant leurs choix sur les "frères ethniques" à dossiers administratifs surchargés, provoquant ainsi un sentiment de révolte intense chez des agents internes qui murmurent lace à cette façon d'agir qui est de nature à faire encore rentrer en arrière l'ONATRA. Que faire? C'est Ça le hic.

Face à ces différents problèmes corrosifs, le président du comité de gestion provisoire de l'ONATRA continue de vivre dans l'éblouissement psychique dans cette ambiance de jeu malsain pousse-au-crime pendant laquelle des proches collaborateurs sont en train de déranger ce qui est déjà presque arrangé.

L'INTERPRETE p.8 n° 657


INTERPRETE N° 661

A CAUSE DU DESISTEMENT EFFRONTE MANIFESTE PAR LE PRESIDENT DE CETTE HAUTE COUR DE JUSTICE DE LA RDC ALORS QUE RECUSE PAR LES AVOCATS DE LA PARTIE ADVERSE PARCE QUE SOCIALEMENT "ONCLE PATERNEL" DE L'AUTRE PARTIE EN CONFLIT

LES MEMBRES DE TOUTES LES CHANCELLERIES AFRICAINES - ANGOLA ET ZIMBABWE EXCEPTES - AYANT SUIVI EN DIRECT A LA TELEVISION, LA SEANCE RELATIVE A L'EXAMEN DE LA REQUETE DE M. J-P. BEMBA, TROUVENT QUE LA COUR SUPREME DE JUSTICE DE LA RDC S'EST SINGULIÈREMENT COMPORTEE EN AVOCATE DE JOSEPH KABILA

Avec le concours des "frères NANDE" de la CEI de l'abbé Malu-Malu.

Les bonnes consciences s'agitent dans les rangs des onze magistrats de la Cour Suprême de Justice (CSJ) de la RDC après que la séance sur l'examen de la requête en sept points introduite pat M. Jean-Pierre Bemba ait clôturé ses travaux avec le résultat moralement déboussolant que l'on sait.

Si sur les onze magistratures ayant siégé dans la commission ayant siégé dans l'examen de ce contentieux électoral, dix d'entre eux ne sont pas fiers d'eux à cause de la médiocre qualité de travail réalisé par leur groupe et aussi à cause surtout du désistement abominable et éhonté du fameux "oncle paternel de Joseph Kabila" ayant effrontément trôné sur leur perchoir alors qu'il était formellement récusé par les avocats de la partie adverse, l'attitude générale, dans les chancelleries africaines ayant suivi ce "procès" à partir de chez elles puisque retransmis en direct à la télévision, n'est pas du tout bonne.

Certains ambassadeurs africains, qui se sont téléphonés par la suite, au cours de la soirée de la journée pendant laquelle s'est déroulé ce "fameux procès", trouvent inadmissible le comportement affiché par le président de la Cour Suprême de Justice de la RDC, parce que bien que "l'oncle paternel de la partie en conflit" et récusé par les avocats de J-P. Bemba continué a imperturbablement à siéger comme si rien n'était, donnant théâtralement ainsi l'impression que le Congo-Kinshasa n'était pas encore un Etat mais un "territoire conquis" tandis que les autres magistrats de cette haute Cour de Justice congolaise étaient psychologiquement enchaînés et dans une prison morale avec lui.

C'est ce qui a porté ces ambassadeurs africains à considérer que cette Cour Suprême de Justice de la RDC s'est singulièrement comporté en avocate de Joseph Kabila "tout le long de l'examen de la requête en invalidation pourtant introduite par le challenger électoral de ce dernier, à savoir J-P. Bemba Gombo.

Trois de ces magistrats, qui auraient sollicité et obtenu des visas d'établissement dans des pays précis d'Occident et dont l'écho s'y rapportant est parvenu Jusque dans une chancellerie africaine dont il ne convient pas de livrer l'identité, auraient fait part de leur étonnement sur la finesse technique de la fraude électorale réalisée à l'Est en faveur de Joseph Kabila.

Quant à eux, il y aurait eu deux irrégularités majeures dans le comportement global de la Cour Suprême de Justice congolaise pendant l'examen de la requête introduite par M. Jean-Pierre Bemba Gombo. Il y en a eu même trois, selon eux.

Première irrégularité porte sur le désistement du président de leur Cour, alors que récusé parce que "oncle paternel de Joseph Kabila", a malgré tout, continué à trôner au perchoir sans mesurer la conséquence que cette façon de faire est de nature à faire déconsidérer, par le peuple ou par toute autre source de légitimation d'un pouvoir d'État, si l'on était en France, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et même en Italie ou en Algérie. Et même au Sénégal!

La deuxième irrégularité moralement constatable lors de l'examen de cette requête introduite par M- Jean-Pierre Bemba Gombo, d'après les propos émis par trois magistrats dont question ici auprès des chancelleries diplomatiques par où ils ont sollicité et obtenu leurs visas, porte sur l'indifférence anormale manifestée par cette Cour Suprême de Justice du pays vis-à-vis des données pourtant mises, d'une manière ou d'une autre, à la portée de sa main par plusieurs sources indépendantes sur la faible participation de la population de l'Est, à savoir 32% seulement de sa masse démographique globale à cette opération de vote, tandis qu'au moment de la publication des résultats une donne logiquement indéfendable avait grossi cet effectif à 56%.

Ces sources de données indépendantes, selon ces trois magistrats sont les canaux de l'Eglise catholique, le rapport informel du PNUD, les déclarations des personnalités étrangères indépendantes comme l'ex-Président Burundais Pierre Buyoya et même la déclaration de regret faite à RFI quant à ce par le secrétaire du PPRD, Vital Kamerhe. Sur cet aspect des choses devant normalement intriguer l'intelligence des membres de cette honorable Cour Suprême de Justice et les pousser à voir clair là-dessus, bizarrement aucun d'entre eux n'a brillé par quelque curiosité sur ce chapitre singulier du "volume des participations au vote qui s'est mystérieusement gonflé à l'étape de la compilation des résultats électoraux".

C'est précisément qu'il y a eu carence de la part de la justice alors que tout indiquait qu'une exception allait être automatiquement soulevée sur le "mystère de ce taux de participation auto-gonflé à l'Est du pays" tandis que sa substance allait carrément être versée au fond. Pourquoi les membres de cette singulière Cour s'étaient-ils retenus de soulever cette exception aussi vrai qu'il relevait de leur devoir de le faire au lieu de laisser la charge de la preuve exclusivement aux avocats de la partie contestataire des résultats électoraux? Auraient-ils été influencés dans cette altitude de carence par leur "président / oncle paternel de Joseph Kabila"?

Troisième irrégularité d'après ces trois magistrats, a retenti au niveau de l'attitude bizarre des membres de cette Cour suprême de justice vis-à-vis de certaines singularités qui devraient normalement attirer leur attention et pousser leur esprit à s'interroger sur des étrangéités vécues pendant les interventions des cadres de la CEI qui ont tous parlé dans un "même accent oratoire bizarre" et dans lequel ils avaient été incapables de prononcer correctement le mot "dérogation" dont ils rendaient la substance en "dérogasio", le mot "explication" qui devenait carrément explicasio", démontrant spectaculairement qu'ils appartenaient tous à la tribu Nandé du Nord-Kivu, à l'instar de l'Abbé Malu-Malu leur chef.

La Cour suprême de justice devait s'étrangler de stupéfaction en constatant l'appartenance à une même ethnie du Nord-Kivu de tous ces intervenants de la CEI ayant défilé sur le podium pour défendre leurs positions et prendre la mesure de cette autre irrégularité ayant caractérisé la composition humaine de cette structure spéciale, censée pourtant être à caractère national, ayant organisé les élections aujourd'hui contestées. Mais c'était sans compter avec le "président / oncle paternel de Joseph Kabila" de cette Cour suprême de justice...

L'INTERPRETE N° 661


INTERPRETE du 06 au 09 2006

LA CÉRÉMONIE D'INVESTITURE TANT ATTENDUE

JOSEPH KABILA, PAS DU TOUT "UN NOUVEAU PRÉSIDENT" POUR LA RDC MAIS SIMPLEMENT UN ROUTINIER INCOMPÉTENT, ACTUELLEMENT- DANS UN TROISIÈME MANDAT POLITIQUE INUTILE A KINSHASA.

===========

LES CHIRAQUIENS DE L'UMP FRANÇAISE ET LES LIBÉRAUX BELGES TOUJOURS INQUIETS DE L'AVENIR DE JOSEPH KABILA A KINSHASA APRÈS QU'ILS SONT ASSURÉS DE CÉDER TRES PROCHAINEMENT, PAR LA VOIE DES URNES, LE POUVOIR AUX SOCIALISTES DANS LEURS PAYS RESPECTIFS

L'ETRANGE CLIMAT DE COUP D'ETAT DU COLONEL SAYE ZERBO, PRODUIT, LE 25 NOVEMBRE 1980, EN HAUTE-VOLTA EN COURS DE DEROULEMENT ININTERROMPU, EN RDC, A TRAVERS LES FARDC, DANS UN CONTEXTE DE GRANDE CRISE POSTÉLECTORALE DANS LA SOCIETE LOCALE

============

LE ECTEUR FLAMAND DE LA SECURITE BELGE SENTIMENTALEMENT ACCROCHE AUX INTÉRÊTS AMÉRICAINS EN RDC TRES AU COURANT DE CETTE SITUATION MAIS CURIEUSEMENT PLONGÉ DANS UNE ETRANGE EXPECTATIVE

LA PERSPECTIVE DU RETRAIT DE J-P. BEMBA DE KINSHASA COINCIDERAIT AVEC UN PROGRAMME D'"ACTION HUMIDE" PERÇU SUR LE "TERRAIN" ET QUI SERAIT LE FAIT D'UNE "PUISSANTE ORGANISATION ZAIRO-RWANDAISE" EN TRAIN DE COMPLOTER, DEPUIS BRUXELLES AVEC EXTENSION OPERATIONNELLE A KIGALI.

L'aventure judiciaire de la France à L'encontre du président en exercice au Rwanda, Paul Kagamé, agacerait un grand nombre de sécurocrates flamands de la Sûreté d'Etat belge a tel point que ces dernière, âpres avoir découvert le fonctionnement, à Bruxelles, d'une étrange organisation composée d'anciens officiers militaires et d'anciens sécurocrates mobutistes et des agents précis de l'External security service (ESO) rwandais, continueraient à fermer les yeux comme si de rien n'était.

Ces barbouzes flamands de l'appareil sécuritaire de la Belgique auraient curieusement manifesté leur satisfaction lorsqu'ils auraient appris de leurs "contacts de Kinshasa" que le président du MLC, J-P. Bemba, se disposerait à quitter la capitale de la RDC pour un retranchement méditatif à l'intérieur du pays, et plus précisément en Ubangi, au Nord de la province de l'Equateur. C'est-à-dire dans son lieu d'origine. Cela, bien que certains proches de ce dernier parleraient du retranchement du concerné au Portugal.

Ces cracks des services secrets belges auraient presque bondi de joie pour avoir décrypté dans ce "sage comportement" de J-P. Bemba et de sa "prudente déclaration " à la Nation congolaise entachée "d'esprit de paix" un message signifiant qu'aussi vrai qu'on a continué à lui imputer des intentions de meurtre contre la personne du "président mal élu" mieux vaudrait pour lui de disparaître de la circulation dans la capitale de sorte que lorsque quelque "coup tordu" se déclarerait avec fulgurance sur le plan local, avec production d'un extrême préjudice physique sur certaines "autorités supérieures" internes, qu'on se retienne de lui en attribuer l'origine.

Yves Valentin, notre correspondant à Bruxelles, de qui nous tenons ces éléments, fait état de l'inquiétude montée de plusieurs crans chez les Libéraux wallons de Belgique qui ne verraient pas un bon signe dans ce programme de départ énigmatique de J-P. Bemba de la ville de Kinshasa pour le Nord de l'Equateur ou pour le Portugal.

Certains apparatchiks wallons du parti libéral belge comme Armand de Docker, selon Yves Valentin, trouveraient que J-P, Bemba ne devrait pas "s'absenter" de Kinshasa avant la cérémonie d'investiture officielle de Joseph Kabila dans son "pouvoir légal" en RDC afin de témoigner son soutien de coeur envers le nouveau Chef d'Etat "légitime" du pays.

Bien des "grosses têtes de la cellule d'analystes de sécurité de l'Elysée, au sein de laquelle collaborent d'anciens patrons de la DGSE, d'après Edgar Dalanson, notre correspondant à Paris, sont épouvantées par cette manoeuvre Incompréhensible de J-P. Bemba qui, selon certains d'entre eux, cacherait quelque chose de pas très clair.

Au sein même de l'ambassade de France en RDC, on appréhende que ce retrait de J-P. Bemba de Kinshasa pour l'Ubangi ou pour le Portugal, et surtout au cas où il serait effectif, ne soit pas une espèce de "passation de main", en perspective d'une action tordue, à une organisation politique criminelle visant l'élimination physique. à bref délai, de Joseph Kabila dans ce pays, et facilement versable dans le compte du nationalisme du Congolais authentique" dont le même n'a pas encore disparu du langage de maints politiciens de l'opposition locale.

C'est ainsi que pour la toute première fois dans l'histoire politique de ce pays que les Français et les belges ont convenu de prendre personnellement en charge la sécurité de Joseph Kabila mais malheureusement puisque essentiellement à l'occasion de la cérémonie d'Investiture de ce dernier et Jusque fin février 2007.

Par ailleurs. les Français, qui n'apprécient pas le coup d'estocade psychologique leur asséné par les Allemands au niveau de l'Union européenne (UE) en pesant de leur poids pour que la mission de l'EUFOR prenne Irrévocablement fin le 30 novembre 2006, avec retour des troupes en Europe, ne savent plus sur quel pied danser pour assurer efficacement la protection du règne politique et de 1a personne de Joseph Kabila pendant ne fut-ce que la moitié de son mandat administratif en RDC. Cala, même après qu'un consensus réuni par Paris et Bruxelles ait permis à cette mission de l'EUFOR de prolonger  sa présence à Kinshasa jusque fin janvler 2007 sous le prétexte de donner aux Intéressés le temps nécessaire pour démonter tout le dispositif installé à l'aérodrome militaire de Ndolo et à l'aéroport International de N'djili.

Ce qui inquiéterait à un plus haut point les Français et les Belges de la "KABILA ELECTORAL ELECTION", c'est le grand silence officiellement observé par les Américains autour de la victoire électorale de Joseph Kabila en RDC". Cet écart d'âme du gouvernement américain est regardé par les Chiraquiens et les Libéraux belges comme un signe de désapprobation de la victoire truquée de Joseph Kabila en RDC. Cela, même si Washington enverrait une délégation pour assister à la cérémonie d'investiture officielle du président mal élu.

Au demeurant, des contacts ténébreux continueraient à se dérouler entre des anciens officiers militaires et anciens sécurocrates mobutistes dans des résidences sans cesse changeants en Belgique avec des officiers du renseignement précis de l'ESO rwandais qui est un service chargé de "sale besognas" fonctionnant sous les ordres d'un colonel qui ferait rapport chaque jour de ses activités à Paul Kagamé, l'homme fort de Kigali.

L'ESO rwandais a, dans son palmarès, l'assassinat de plusieurs opposants au régime de Paul Kagamé à l'étranger. Une seule fois dans son existence qui date de 1996, l'ESO a encaissé un coup dur en Belgique à travers l'arrestation d'un de ses agents au terme de l'élimination physique d'une victime qui avait été ciblée.

A l'antenne de la DGSE à Kinshasa, on apprend de plus en plus que la "fixation" de J-P. Bemba. dans l'Ubangi ou au Portugal, ne puisse ouvrir la porte à une éventuelle collaboration militaire entre sa "milice privée" et la bande Nkunda Batware, à l'Est de la RDC, qui sévit pour "punir" tous ceux qui avaient voté massivement Joseph Kabila dans ce pôle géographique du pays.

Le danger ne s'écarterait pas du règne politique de Joseph Kabila dans le pays même si les contingents militaires de l'EUFOR ont vu leur mandat de sécurité prolongé jusqu'à fin Janvier 2007.

A L'INTERPRETE

============

ETRANGE MANIFESTATION DE LA COLORATION POLITIQUE DANS LES SENTIMENTS AU SEIN DE LA STRUCTURE DE COMMUNICATION DE LA "FORCE EUROPEENNE D'INTERVENTION" A KINSHASA

LES AGISSEMENTS SUBREPTICES DES PRESIDENTS SASSOU ET BONGO AUTOUR DE LA VICTOIRE ELECTORALE DE JOSEPH KABILA EN RDC INTRIGUERAIENT LES RESPONSABLES FRANÇAIS ET BELGES DE L'EUFOR DANS LA COMMUNE DE LA GOMBE

La répercussion inquiétante auprès des français de l'EUFOR, à Kinshasa, par un agent de renseignement des Armées (DRA) depuis Paris, de l'information pourtant confidentielle selon laquelle les présidents Denis Sassou-Nguesso du Congo Brazza et le président Omar Bongo du Gabon s'étaient succédé en France, après la publication des résultats électoraux du second tour de la présidentielle de la RDC, pour convaincre le président Chirac de l'obligation morale qu'il y aurait pour lui de se retenir d'adresser des félicitations au "mal élu", Joseph Kabila, pour éviter d'entacher l'histoire de la démocratie en Afrique d'un piètre exemple en cette victoire.

En effet, immédiatement après la publication, par la CEI, des résultats inutilement qualifiés de "provisoires" du second tour de la présidentielle de la RDC, Denis Sassou-Nguessou, président en exercice de l'Union africaine (UA), s'était rendu à Paris par où il avait eu des entretiens avec le président français Jacques Chirac.

Et pendant que Denis Sassou-Nguesso était en visite politique en France, le président du Gabon, Omar bongo avait, pour sa part, fait le déplacement de Paris.

Finalement, les fuites d'information ayant eu lieu(?) à ce sujet, et ...

Ces responsables français et belges de l'EUFOR auraient peur de voir un feu gigantesque "s'allumer à Kinshasa autour du pouvoir de Joseph Kabila parce qu'aucun soldat de leurs troupes nationales respectives n'auraient accepté jusqu'à présent à se sacrifier pour la RDC. Ces soldats sont même surpris aujourd'hui d'apprendre que les ex-FAZ sont des foudres de guerre alors qu'à partir de leurs pays respectifs on leur avait dit qu'i n'y avait pas de "vrais soldats" dans l'armée congolaise et que la mission qu'ils effectueraient à Kinshasa était semblable à une promenade hygiénique.

INTERPRETE

============

A LA SUITE DES DISSUASIONS PERSUASIVES FAITES AU CONCERNE LORS DE SON SEJOUR EN BELGIQUE

EXPLOSION DE BON SENS ACCOMPAGNE DE TIRAILLEMENTS OISEUX DANS LES RANGS DES "INTELLECTUELS" DU PALU APRES QU'UNE INDISCRETION PROVENUE DE BRUXELLES FERAIT ETAT DE LA PROPOSITION ENCAISSEE, PAR ANTOINE GIZENGA, POUR CEDER SON POSTE DE PREMIER MINISTRE - POUR RAISON DE LUCIDITE MENTALE - A UN ORIGINAIRE DE CHEZ LUI INTELLECTUELLEMENT TRES CALE, EN L'OCCURRENCE FREDERIC MATUNGULU MBUYAMU ILANKIR


L'heure est grave, Dieu notre Père est et sera toujours avec nous...

Amen!


Aidez moi, SVP,
votez pour ce site au Weborama
|
online
hits.
Dernière mise à jour :